Home Le Savoir La Véritable Histoire

Jaeger LeCoultre Reverso : Polo, Pimm’s & Dolce Vita

Jérôme
Le 30 août 2016
M

Malgré la quantité de montres qui existent aujourd’hui et sont nées au courant du  siècle dernier, malgré la variété de designs, de fonctions,  d’histoires et de personnalités qui se cachent derrière chacune d’elle, rares sont celles qui atteignent le statut d’icône.

Jaeger LeCoultre Reverso

Les marques en rêvent, les designers aussi, mais bien évidemment il n’y a pas de recette miracle. L’alchimie de l’équation est bien trop incertaine et le nombre de variables bien trop important.

La Reverso, montre emblématique de Jaeger-LeCoultre est pourtant l’une de celle qui mérite cette appellation. Celle qui est née en 1931 et que l’on reconnaît au premier coup d’oeil est toujours présente dans les coeurs, et aux poignets… Retour sur le “pourquoi”, et le “comment” de cette icône de l’horlogerie qui à 85 ans… n’a pas pris une ride.

La naissance d’une légende

Nous savons “presque” tous que l’origine de ce design est lié au monde du polo, nous allons cependant apporter quelques précisions quant aux circonstances qui ont liées ce sport équestre intense et la Maison horlogère suisse.

Nous sommes en Inde Coloniale en 1931, dans un club de polo britannique. César de Trey, citoyen helvétique, distributeur de montres de luxe et ami intime de Jacques-David LeCoultre, est alors de passage dans le pays pour affaires. C’est à l’issue d’une partie de polo que l’un des joueurs, officier de l’armée britannique lui montre son garde-temps au verre brisé et le met au défi de mettre au point un modèle suffisamment robuste pour survivre aux chocs occasionnés par la pratique du polo.

Polo - Jaeger LeCoultre

Le type de rencontre fortuite qui donne naissance à une icône. Un hasard qu’on ne peut anticiper, une étincelle qui fera prendre le feu Reverso et qu’on ne peut enlever de l’équation.

De retour en Suisse, César de Trey confie la conception du mouvement à Jacques-David LeCoultre et celle du boîtier à l’ingénieur Alfred Chauvot, qui dépose le 4 mars 1931 un brevet pour une « montre qui coulisse dans son support et peut se retourner sur elle-même.». Grâce à ce mécanisme, le porteur du garde-temps peut faire pivoter le boîtier à 180 degrés pour protéger son cadran, principalement le verre. L’idée révolutionnaire est baptisée Reverso – littéralement « je me retourne » en latin – et manufacturée par Jaeger-LeCoultre. Les premiers modèles sont d’ailleurs expédiés en Inde pour y être testés par des joueurs de polo.

La popularité du modèle dépasse immédiatement les frontières du monde du sport. Dès les années 1930, les clients peuvent choisir parmi des dizaines de modèles le cadran qui ornera leur Reverso. Si le noir, l’argent et le blanc sont évidemment plébiscités, d’autres teintes sont également prisées par quelques clients, comme le marron, le bleu et le rouge. Ces modèles colorés sont d’ailleurs, à l’heure actuelle, des pièces de collection souvent très recherchées car très rares.

Pour la petite histoire, avant de devenir le symbole par excellence de Jaeger-LeCoultre, ce design novateur a aussi été commercialisé sous d’autres marques, notamment Cartier, Hamilton, Favre-Leuba, et Patek Philippe.

Un succès immédiat… puis le déclin

Le succès commercial de la Reverso fut immédiat, à l’image du Maharaja de Karputala qui en commande 50 pièces aux dos humblement gravés à son effigie. Normal.

Le basculement protecteur du boîtier n’étant plus vraiment justifié loin des terrains de polo, le dos de la montre devient très vite un emplacement privilégié pour toutes sortes de gravures et autres décorations artistiques.

jaeger lecoultre grande reverso automatique

Mais une deuxième carrière attendait la Reverso, qui allait bientôt se retrouver au front. En effet, malgré des problèmes d’étanchéité dus à sa conception – que la Maison reconnaîtra plus tard – , la Reverso est vantée comme « la montre idéale aux armées ».

Jusqu’à la guerre, et après la fusion de Jaeger et LeCoultre en 1937, pas moins de onze calibres sont conçus pour la Reverso. Cependant, la Seconde Guerre mondiale réduisit évidemment considérablement le commerce du luxe et après la fin de la guerre, le modèle connut malheureusement une désaffection complète.

La mode avait changée et était aux montres rondes. Si bien que Wenger ira jusqu’à détruire l’outillage industriel de fabrication des boîtiers (shame). Les rares demandes étant réalisées en utilisant le stock restant. Jusqu’à la fin les années 1960, la Reverso n’était plus que le symbole dépassé d’une époque révolue et semblait promise à une disparition certaine.

Jaeger-LeCoultre - Reverso Tribute Duoface

L’époque était au changement et au renouveau. L’horlogerie aussi avait besoin de symboles plus modernes, plus forts, et elle l’avait trouvé : la « Moon Watch », le chronographe Speedmaster d’Omega que la NASA avait choisi pour équiper ses missions spatiales… Celui qui allait bientôt faire ses premiers pas sur la lune.

La renaissance

Ce n’est qu’en 1972 que le salut arriva en la personne de Georgio Corvo, distributeur italien de Jaeger LeCoultre. Mais remettons d’abord l’industrie horlogère suisse dans son contexte. Nous somme au début des années soixante-dix, et l’horlogerie helvétique tout entière semble vouée à disparaître sous une invasion de montres japonaises : c’est la “Crise du Quartz”.

montre jaeger lecoultre grande reverso automatique

C’est pourtant ce moment là, en 1972 que Giorgio Corvo choisi pour commander à la manufacture l’intégralité des stocks de Reverso restant, soit 200 pièces. L’histoire raconte (d’après Manfred Fritz, auteur de “Reverso la légende vivante”) que la Maison fut tellement surprise de la commande qu’elle demanda confirmation à trois reprises !

Moins de 3 ans plus tard, la Reverso était au poignet de toute la jet-set italienne et à nouveau un symbole de réussite et de glamour intemporel. Celui que l’on connaît aujourd’hui. Félicitations Signore Corvo, et merci. Vous connaissez la suite de l’histoire et le constant succès de cette icône qui fut depuis déclinée à foison en toutes sortes de complications possibles…

Notre avis

Cette icône se porte évidemment en toute situation. Associées depuis les années soixante-dix à une certaine jet-set et à la dolce vita, on l’imagine toujours très bien, nonchalante, sur le pont d’un 3 mats ou à bord d’un Riva, chemise et sourire blanc immaculés et lunettes en écaille. Le meilleur de l’Italie si l’on y adjoint le Negroni, le ristretto et Claudia Cardinale. Bien évidemment cette mini-liste est bien loin d’être exhaustive…

Mais revenons à nos moutons, je m’égare à nouveau. L’origine sportive de cette Reverso est loin d’être morte, en témoigne les poignets d’un bon nombre de joueurs de Polo lors d’un évènement auquel j’assistais récemment durant mes courtes vacances. S’ils n’étaient pas nombreux à afficher leurs Reverso sur le terrain (ce qu’évidemment je déconseille fortement, aux vues de la violence des contacts, et cela  malgré les origines de cette pièce), ils étaient pourtant toute une fine équipe à arborer la légende en sirotant des Pimm’s sous les tentes, de l’autre côté de la clôture ! Une reconversion réussie, à mi-chemin entre polo et dolce vita? On peut dire ça…


Ps : La recette du Pimm’s

Je vous en parlais, mais je sais qu’il n’est pas exactement démocratisé en chez nous, alors pour ceux qui ne connaissent pas encore le Pimm’s et qui comme moi, refusent de voir disparaître les saveurs de l’été dès la rentrée, voici qui devrait vous aider. Si vous aussi avez tourné au Spritz avec exagération tout l’été, je vous présente votre nouveau meilleur ami. Voici la recette du Pimm’s tel qu’on le sirote de façon mondaine aux abords du champs de course à Ascott… ou dans votre jardin.

  • 1 mesure de Pimm’s (base de Gin, vous en trouverez chez “Nicolas” ou dans n’importe quel supermarché en Angleterre) – ou 2 selon les goûts…
  • Fruits coupés, idéalement concombre, fraise, framboise, orange et pomme. Oui, une vraie petite salade de fruits. N’abusez pas sur les quantités, nous souhaitons boire, pas manger.
  • Quelques feuilles de menthe (3-4)
  • Remplissez le verre de glace ou glace pilée
  • Arrosez le tout de limonade et rafraîchissez vous, de préférence avec une paille, c’est plus facile avec les fruits et la menthe, même pour les grands garçons…

Fermez les yeux, les grondements de la terre qui tremble sous vos pieds gagnent en intensité. Les chevaux galopent à vive allure, il fait chaud. Prenez une gorgée, ouvrez les yeux. La belle Ashley est accoudée à la balustrade et observe la partie, son chapeau est improbable mais elle le rend élégant. Vous reprenez une gorgée. Vos lèvre esquissent un sourire, ça y est, vous avez l’accroche parfaite !… Vous y êtes ? J’en étais sûr !

Ps 2 : La Jaeger Reverso Circa 1940

Jaeger LeCoultre Reverso

Si comme moi vous avez ressenti quelque chose à la vue de cette Reverso “dans son jus” du début des années quarante, elle est à notre ami Stéphane de Montres Mania. Malheureusement celle-ci n’est pas à vendre mais il en a une autre très intéressante en ce moment même au cadran noir gilt, également des années 40. N’hésitez pas si vous aussi voulez tenir entre vos mains un petit bout d’Inde coloniale du début du siècle… Priceless !