Home Actualité Horlogerie

IWC Ingénieur Ref 666 : Le diable est dans les détails

Nicolas
Le 6 décembre 2017
C

Chers amis, parlons vintage aujourd’hui. Et pas d’une montre vintage lambda (si tenté que cela existe), croyez-moi. Je souhaiterais revenir, si vous me le permettez, sur les origines d’un modèle iconique de la International Watch Co : la IWC Ingénieur. Une pièce à la fois classique mais qui en même temps apporte une vaguelette “moderne” à l’époque et ne s’en cache pas.

Qui plus est, nous en avons trouvé une pour Joseph Bonnie, dans un état plutôt exceptionnel. Sans nous lancer de fleurs.

__

Sur certaines pièces, la magie opère par la simplicité. Et là où l’on pourrait croire que simplicité rime avec facilité, nous pouvons enterrer cette idée. Bien au contraire, réussir un design pérenne avec trois aiguilles et une date le cas échéant, est une des choses les plus compliquées à réaliser. Et quand ça marche, ça ne marche pas qu’à moitié.

La formation de l’Ingénieur

Pour remonter à la source de l’Ingénieur, il faut parler contexte et histoire deux minutes. Si je vous dis Albert Pellaton, ça vous dit quelque chose ? Le nouveau directeur technique qu’IWC recrute en 1944. Et non, vous ne vous trompez pas, c’est bien lui qui donnera son nom au remontage “Pellaton”. Un système à cliquets bidirectionnel bien pratique et efficace. Mais ce n’est pas tout.

IWC Ingénieur Ref 666 - Albert Pellaton

Il développe également les premiers calibres automatiques chez IWC (81,85 avec seconde centrale), ainsi qu’un boitier en fer doux pour protéger ce qu’il renferme. C’est là que tout devient intéressant pour ces quelques lignes que je vous écris, chers amis.

La génération qui viendra après le calibre 85, possédant une seconde centrale, n’est autre que le calibre 852. C’est justement celui-ci qui sera le premier à s’envelopper dans le boitier fer doux et à se protéger du magnétisme. L’ingénieur est née. En 1954 plus précisément.

Dans l’esprit d’IWC, l’Ingénieur représentait la version “civile” de la célèbre Mark XI. Je dis “dans l’esprit”, car alors que la Mark XI est une montre de terrain militaire, l’Ingénieur est une montre pour “pro” qui font la guerre aux champs magnétiques, à la poussière et à l’eau.

IWC Ingénieur Ref. 666

Une montre produite à partir de 1954, donc. Une montre simple qui dans ses premières versions sera reconnaissable grâce à ses aiguilles dauphines, et sa relative simplicité.

Simplicité car montre trois aiguille avec seconde centrale. Ces aiguilles sont particulières, Dauphines sur ces premiers modèles en particulier, avec un trait de radium pour les éclairer.

Concentrons-nous un instant sur la calligraphie de ses premiers cadrans. Que l’on apprécie fortement. Pas encore d’IWC sur ces tous premiers modèles, mais un ‘International Watch Co’ qui impose. Et à six heures, le logo historique Ingénieur traversé d’un éclair.

Pas de relation électrique cette fois. Mais bien faire entendre qu’un champ magnétique, même puissant, n’aura pas d’effet sur la montre. BIM. La cage en fer doux que l’on voit bien quand on ouvre le calibre est là pour veiller.

IWC Ingénieur Ref 666

Le cadran est facilement reconnaissable. Au-delà des aiguilles dauphine on notera les index glaives et le double index à midi, ainsi que la minuterie façon Calatrava composée de fins points argentés et de points radium à chaque heure. Attention toutefois, on trouve aussi en même temps des modèles avec date, avec des index chiffrés et des index flèches. Une montre résolument moderne.

IWC Ingénieur Ref 666 - Publicité d'époque

Des références qui commencent à être distribuées en 1955, on note la référence 666A, 666AD, 766A et 766AD. Que de références diaboliques mais pourtant simples. Laissez-moi vous guider.

La 666A est une trois aiguilles sans date équipée du calibre 852, la 666AD possède une date et est équipée du calibre 8521. Pas compliqué, non ? Les déclinaisons 766A/AD suivent la même logique, sauf que les montres sont proposées en or 14K avec fond acier. Ce qui montre aussi que “dans l’esprit” la montre est une Mark XI civile, car elle est déclinée en or. Qui a besoin d’or pour partir au front ?

Quand le calibre 852 arrive en fin de production en 1959, le relai est déjà pris par le calibre 853. Il apporte peu de modifications, et présente toujours ce remontage automatique Pellaton rapidement reconnaissable.

Une pièce moderne déjà à son époque donc, simple, lisible et fonctionnelle. Une forme de ‘Tool watch’ civile dont la pérennité est assurée et qui attire toujours autant amateurs et collectionneurs.


La montre que nous avons trouvé pour Joseph Bonnie n’est autre qu’une référence IWC Ingénieur 666A avec un calibre 853, ce qui place la montre à la fin des années 50. Une pièce rare dans un excellent état.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer