Home Le Savoir La Véritable Histoire

À la recherche de Saint-Exupéry : Un portrait de Luc Vanrell

Jérôme
Le 22 août 2017
E

En ce lundi matin du 31 juillet 1944, il s’est envolé pour la dernière fois. L’écrivain père du Petit Prince, poète et pionnier de l’aviation disparaissait lors d’un vol de reconnaissance. Durant plus de 60 ans, les causes et le lieu exact de cette disparition resteront un mystère.

Avec IWC, nous sommes allés à la rencontre de Luc Vanrell, celui par qui le mystère a été levé. Je vous propose de découvrir l’une de ses nombreuses plongées dans le grand bleu en images, avant de vous raconter son histoire…

Luc Vanrell : Une vie sous les mers

Luc a 57 ans et plonge depuis plus de 50 ans dans tous les océans du monde. Archéologue, photographe et chasseur d’épaves, c’est initié par son père à l’âge de cinq ans qu’il découvre le monde du silence avec du matériel extrêmement rudimentaire bricolé par les amis.

Une petite bouteille d’oxygène médicale recyclée, un détendeur avec lequel on prend le bouillon une fois sur deux et une bonne dose de courage, il n’en fallait pas davantage pour que le jeune Luc découvre sa première épave à l’âge de 6 ans. C’était une barque romaine au sud de la Sardaigne alors qu’il plongeait seul, par six mètres de fonds. Un âge auquel d’autres jouent aux petites voitures. Chacun son parcours.

Il passe son enfance dans les collines marseillaises où il découvre ses premières pointes de flèches et outils en pierre datant du paléolithique. Une vocation était née pour celui qui est aujourd’hui Responsable Scientifique de la grotte Cosquer et de ses dessins, entre autres

Parallèlement à ses activités archéologiques il ne cesse d’explorer les fonds marins à la recherche d’épaves diverses et accompagne de son expérience les plongées les plus périlleuses. Une épave en particulier le rendra célèbre auprès de ses pairs et du grand public après plusieurs décennies d’investigations passionnées, de fausses pistes et du soupçon de chance nécessaires à son identification formelle : celle de l’avion à bord duquel le Commandant Antoine de Saint-Exupéry fut abattu en mission par un jeune pilote allemand de 22 ans…

Luc Vanrell - A la recherche de St-Exupéry

Antoine de St-Exupéry : Aviateur, humaniste et poète

Parti de Bastia, l’auteur de “Vol de nuit”, à l’origine de nombreuses vocations chez les pilotes du monde entier effectuait ce jour là une mission photographique de cartographie en collaboration avec l’armée de l’air US en préparation du débarquement de Provence. Ce sera son dernier vol.

Luc Vanrell - A la recherche de St-Exupéry

Les spéculations et théories les plus élaborées feront surface pendant les décennies suivantes, sans jamais fournir aucune véritable preuve pour étayer leurs dires. Des déclarations d’anciens pilotes de la Luftwaffe prétendant avoir abattu la légende, aux théories selon lesquelles un “Saint-Ex” cassé et fatigué aurait volontairement plongé son avion en Méditerranée, nombreuses sont les pistes qui ont longtemps été avancées ici et là. Comme toujours, on y retrouve davantage d’imagination et de recoupements que de preuves irréfutables.

Des recherches de longue-haleine

Ce n’est que plus de 10 ans de recherches après la découverte de l’épave que sera révélé le nom du jeune pilote qui un lundi d’été 44 abattit le désormais célèbre P-38 Lightning dans la baie de Marseille.

Luc Vanrell - A la recherche de St-Exupéry

Cet ancien pilote de la Luftwaffe s’appelait Horst Rippert. Frère du célèbre chanteur folklorique aux 4 octaves Ivan Rebroff, il était devenu journaliste et reporter sportif à la télévision allemande. Ce n’est que lorsque ce dernier reçu un appel du comparse de Luc Vanrell, Lino von Gartzen en mars 2008, orienté par la famille d’un autre pilote allemand, qu’il avoua finalement quelques années avant sa mort, avoir tiré et touché l’avion à bord duquel se trouvait l’auteur du Petit Prince.

Toutes ces années il avait gardé le silence, et pour cause. C’est bien la lecture des livres de Saint-Exupéry qui furent pour lui comme pour tant d’autres à l’origine de sa vocation de pilote. Si seulement il avait su que celui qui pilotait cet avion ennemi n’était autre que celui qui avait fait naître chez lui ce sens du devoir et du surpassement de soi… La vie en aura décidé autrement.

IWC Aquatimer : « Mission Accomplie »

Pour retrouver l’épave d’avion similaire nécessaire à la réalisation de ce court portrait de Luc Vanrell, nous avons collaboré avec IWC qui travaille depuis de nombreuses années aux cotés de la Fondation Antoine de Saint Exupéry pour la Jeunesse et soutient ses projets à travers le monde.

IWC Aquatimer Ocean 2000 Limited Edition

Choisie par Luc Vanrell pour cette plongée à -40m, une Aquatimer Automatic 2000. Une édition limitée à 350 exemplaires, en titane, de la célèbre montre de plongée de la Maison de Schaffhausen. Extrêmement lisible, léger et robuste, le diver a fait l’unanimité chez le plongeur et ses compères. Le meilleur test possible, si vous me permettez !

Et c’est vrai que la montre est très agréable, 42mm à peine et des anses très courtes lui procurent un maximum de confort. Un super-luminova très puissant, de larges aiguilles et une lunette tournante interne extrêmement lisible en font une vraie montre de plongée, sans oublier son étanchéité à 2000m, évidemment. Oui, pour descendre à -40m nous avons pris nos précautions…

Luc Vanrell - A la recherche de St-Exupéry

Un tournage à l’image des valeurs humanistes défendues par l’auteur du Petit Prince dans ses écrits. Une vraie et belle rencontre avec ceux qui passent leur vie sous l’eau et ont choisi de vivre de leur passion pour les mers et les océans qu’ils aiment tant.

Mer Méditerranée

Le commandant l’écrivait dans son roman Terre des Hommes en 1939 et ces mots n’ont jamais sonné aussi justes et aussi importants, à ne pas oublier, plus de soixante-dix ans après sa disparition :

“La grandeur d’un métier est peut-être, avant tout, d’unir des hommes : il n’est qu’un luxe véritable, et c’est celui des relations humaines. “

Tous nos remerciements  à Luc Vanrell, Philippe le Méliner et toute l’équipe du CIP Marseille ainsi qu’à Renée Heuzey pour les images sous-marines, leurs compétences, passion et bonne humeur. A bientôt j’espère !

Luc Vanrell - A la recherche de St-Exupéry

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer