Home Art de Vivre Belles choses

Husbands : Pour une rue à nouveau belle…

Jérôme
Le 29 avril 2018
E

Elégance du quotidien avec ou sans effort. Envie de se sentir bien, d’aimer ses vêtements et de créer son propre style en utilisant ou en détournant de grands classiques. Apprendre à se connaître et s’affirmer sans essayer de ressembler à un autre. Devenir par la même occasion terriblement cool sans jamais essayer de l’être. Voici ce qui pourrait commencer à cerner l’approche vestimentaire de l’équipe d’Husbands dont la nouvelle boutique à pris place au 57 rue de Richelieu.

Un endroit très différent de bien d’autres boutiques tailleurs. Un lieu de vie, d’échanges et de conseils où l’on se sent bien et une équipe qui s’est fixée une mission : faire à nouveau fantasmer le vêtement et donner envie à chacun de construire son style : un style personnel, sans obsolescence ni besoin constant de nouveauté. Faire naître à nouveau chez l’homme d’aujourd’hui cette envie d’être beau sans peur d’en faire trop ni pas assez pour peut-être un jour rendre les rues à nouveau belles…

Evidemment, une telle approche ne pouvait que raisonner à l’unisson avec nos plus intimes convictions. Soyez donc les bienvenus dans un monde du beau qui a de la substance et dans lequel le vêtement n’est là que pour souligner ou sublimer la personnalité de celui qui le porte.

Husbands : Comprendre l’origine et la motivation

Je ne définirais personnellement pas Husband comme une marque, ni même comme un tailleur mais plutôt comme un concept, une quête née des réflexions de Nicolas Gabard, un homme simple et disponible, bavard, d’un goût assuré et d’une culture esthétique plus que transversale. Si on dit souvent que les qualités les plus importantes d’un bon designer sont avant tout autre chose une connaissance pointue de l’histoire de son domaine et un oeil pour les proportions, on retrouve ici des qualités qui hisseraient rapidement Husbands sur les podiums…

Costumes, pantalons, blazers, pulls en laine, bottines, trench-coats et cravates : on y retrouve évidemment la majeure partie du vestiaire masculin traditionnel, c’est certain. Ce qui est plus inhabituel c’est d’y trouver un niveau de conseil  qui ne consiste pas qu’à vendre un vêtement tel qu’il est mais au contraire, si vous le voulez bien, d’essayer en premier lieu de vous connaître pour comprendre comment vous allez porter ce vêtement. Pour ensuite le détourner pour que le vêtement vous ressemble vraiment.

Ce n’est pas la même approche, du tout. Il y a en effet autant de façons de porter des classiques qu’il y a d’histoires, de personnalités et de morphologies et c’est bien ça qui est le plus passionnant !

Husbands : Un tailoring décomplexé pensé pour vivre et vieillir avec ses propriétaires…

Si le nom Husbands résonne dans la langue de Molière comme “Pères de familles”, c’est tant mieux, car l’équipe n’a pas pour vocation première d’habiller de jeunes ephèbes déracinés aux regards froids, mais plutôt des hommes, des vrais. Aucun machisme dans cette approche, simplement l’envie de s’éloigner des références d’aujourd’hui photoshopées à l’extrême sur papier glacé et de revenir à un vêtement qui met en valeur des homme avec des bosses, des failles, des responsabilités et des nuances.

Icones de style Husbands - Mick Jagger

Lorsqu’on y réfléchit un instant, des hommes comme Bourvil, Gabin, Cary Grant ou Lino Ventura avaient leur façon bien à eux de porter le costume et les autres classiques, avec lesquels ils jouaient. Serge Gainsbourg et Mick Jagger aussi. Des icônes de style qui ne cherchaient ni à se fondre dans la masse ni à ressembler à quelqu’un d’autre. C’est bien là le secret.

Nous allons essayer de ne pas tomber dans le cliché évident du “c’était mieux avant”. Nous éviterons donc aujourd’hui le montage photo facile du côte à côte Cary Grant et Justin Bieber. J’ose espérer que vous voyez toute de même où je veux en venir lorsque je parle de choix et de port des vêtements.

Icones de style Husbands - Cary Grant et Alain Delon

Husbands n’est donc pas une marque de “Papas”, mais une marque d’hommes qui ont des histoires, qu’ils aient vingt ou quatre-vingt ans. Un nom qui est donc plus hérité du drame éponyme de John Cassavetes sorti en 1970. Le film suit trois amis interprétés par Ben Gazzara, Peter Falk et le réalisateur lui-même dans un enchaînement de dérives nées d’un lâcher-prise monumental. Pour les plus jeunes qui n’ont pas vu le film, on peut sans doute le comparer au plus récent “The Hangover” en troquant le mariage pour des funerailles et Las Vegas pour Londres tout en mettant de côté le célèbre gangster thaïlandais cocaïnomane.  Je savais que ça vous plairait…

Vous voyez, nous ne sommes donc pas dans des personnages lisses, bien au contraire…

Husbands : “Make the Classics Sexy Again”

Tout cela pour dire,  sans vous en mettre plein la vue avec des revers de 6 et des lapels de 13 et sans descriptif de montage traditionnel et d’entoilage, que lorsqu’on construit son style, il n’y a rien de plus beau et intemporel que de jouer et de se jouer des grands classiques.

Icones de style Husbands - Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo

Même si la création d’une beauté unanime et intemporelle est évidemment une utopie, aussi bien dans le monde des tailleurs que dans celui des horlogers, elle restera toujours, lorsqu’elle consiste à faire ressortir en l’Homme ce qu’il a de meilleur, une quête magnifique.

Si vous partagez cet avis, loin de l’addiction au renouveau constant et à un besoin de coller à chaque nouvelle tendance, je vous encourage vivement à faire un tour du côté de chez Husbands, vous comprendrez…


Les droits relatifs à l’exploitation des photos représentants toutes ces fortes personnalités devenues icônes de style appartiennent évidemment à leurs propriétaires respectifs dont nous n’avons pas les noms.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer