Home Montres Modernes Focus

Khaki field : When Hamilton goes bulletproof

Les Rhabilleurs
Le 6 juin 2016
E

En ces jours où il semble ne plus y avoir de saisons, et où les éléments se déchainent, ces “petites” nouveautés d’Hamilton semblent tombées du ciel, sans éraflures évidemment. Leur style militaire assumé et leurs complications judicieusement mélangées en font des pièces redoutablement efficaces. On sait que la manufacture Hamilton a été mise en lumière pendant les deux Guerres Mondiales, afin d’approvisionner les valeureux combattants en montres-bracelet. La manufacture arrêta même sa production pour les particuliers au cours de la Seconde Guerre Mondiale, afin de se consacrer uniquement à la production pour le front, bel engagement, donc.

Une grande partie de la collection portant l’emblématique nom “Khaki”, en référence à la couleur de camouflage idéale en milieu hostile et forestier, représente donc fidèlement cet héritage militaire de l’histoire Hamilton, et démontre la volonté de la marque de conserver son patrimoine historique. Nous présenterons ici deux nouveautés pour 2016.

Hamilton – Khaki Field Automatic Chronograph

La première montre que je veux vous présenter aujourd’hui n’est autre qu’une fidèle représentante de la famille Khaki, ici en version étoffée : la Khaki Field Automatic Chronograph, avec son diamètre coquet de 42mm. Le premier regard qui se pose sur la montre nous révèle deux choses qui font écho à l’esprit de la montre : la finition du boitier et celle du bracelet. Le boitier a une finition PVD noire qui n’est pas sans rappeler la finition du canon d’une très grosse arme à feu qui fait de très gros dégâts. L’aspect métallisé ferait presque raisonner dans notre tête le son des douilles encore chaudes qui frappent le sol. Le bracelet, quant à lui, avec son aspect rubber très rugueux, évoque immédiatement le revêtement antidérapant du sol d’un avion de transport militaire, juste avant que les parachutistes prennent leur envol. L’aspect au premier coup d’oeil est donc très brut, et très plaisant pour les amateurs de sensations fortes et de milieux hostiles, ou urbains, quand les deux ne se confondent pas !

Maintenant, quand le regard se pose sur les éléments constitutifs de la montre, il n’en est que plus surpris. On pourrait tout d’abord penser que le chronographe, les aiguilles des heures et des minutes, ainsi que le jour et la date, rendent la lisibilité mauvaise. Paradoxalement c’est un pari réussi pour cette Khaki, qui malgré un grand nombre de complications, conserve un cadran aéré et lisible. Cela est peut-être dû à l’absence de petite seconde à neuf heures : seulement deux sous-cadrans pour le chronographe, un à midi qui comptabilise les 30 minutes et l’autre à six heures qui comptabilise les heures, jusqu’à douze, c’est parti…

Même si l’on peut reconnaitre l’héritage militaire par la présence de points luminescents à toutes les heures, on peut déplorer l’absence de points plus gros, qui pourraient donner encore plus de lisibilité à une montre qui possède cet esprit militaire. Rigueur militaire oblige, un détail d’importance nous a sauté aux yeux : l’extrémité des aiguilles atteint exactement les index sur le cadran, permettant de se repérer vite, et sans erreurs. Autre petit détail qui a son importance, l’extrémité de l’aiguille du chronographe est rouge, ce qui donne à cette montre un aspect de cadran d’avion de chasse, encore renforcé par la présence de marquage blancs sur un fond noir.

A propos de ces marquages, d’ailleurs, il faut noter que la Khaki est assez précise avec une minuterie de type “railroad”. Pour les plus téméraires d’entre vous, autres que les guerriers urbain, la montre s’immerge parfaitement jusqu’à une pression de 10 bar, c’est à dire une profondeur d’environ 100 mètres.

Hamilton Khaki field Auto back

Pour faire vibrer ce Khaki Chrono, le calibre H-21, qui offre une réserve de marche de 60 heures, se révèle robuste et efficace, comme la montre qu’il fait vivre. Il représente bien la synthèse de la précision Suisse, puisque Hamilton fait partie du Swatch Group, et de l’esprit Américain. Ce calibre est un dérivé de mouvement Valjoux 7750, sans petite seconde à 9 heures néanmoins, avec une réserve de marche améliorée. Le mouvement est donc retravaillé par Hamilton afin de donner naissance à ce calibre performant sans rien perdre de la fiabilité et de la robustesse qui caractérise le mouvement de base.

Cette Khaki est donc à la fois familière de l’air, de la terre, et de la mer,  et représente donc le véritable couteau suisse de l’homme de terrain, qu’il soit urbain ou explorateur.

Prix : 1675€

Hamilton – Khaki Field Mechanical

Retour aux sources et aux basics. Une petite intemporelle, symbole de ces temps de guerre et de ses combattants. Après vous avoir présentée la Khaki Field Automatic Chronograph, c’est au tour d’un autre membre de la famille de se dévoiler : La Khaki Field Mechanical.

Back in time… Suivre les aventures des G.I de la 2ème division d’infanterie dans la jungle de Vella Lavella lors de l’Opération Cartwheel le 13 septembre 1943. Une montre militaire au poignet, robuste et précise, tout terrain et qui s’adapte en terre hostile et inconnue où notre escadrille fait face aux intempéries et aux nombreux obstacles sur l’île, dans la province occidentale. Un charme d’antan qui reste entier aujourd’hui, sans fioritures et sans effort particulier. Une beauté et une efficacité fonctionnelles comme on les aime.

Une Khaki Field  qui reflète au mieux les pièces portées par les GI au cours des années qui se résumaient à des pièces d’une grande simplicité qui fait partie intégrante de son ADN: 3 aiguilles, une date, un cadran noir, le tout monté sur un bracelet en toile canevas. Les bracelets de type Nato lui iront comme un gant, nul besoin de le préciser…

Toujours fidèle à la nature de la montre, c’est-à-dire simple et facile à maintenir, la Hamilton Khaki Field Mechanical est équipée d’un mouvement ETA 2804 à remontage manuel. Elle adopte une double graduation avec les chiffres  1 à 12 doublés par les indications 13 à 24. Cette caractéristique est sûrement liée au temps militaire. Une certitude même…

Concernant la seconde centrale, outre le fait qu’elle indique les secondes, elle nous permet de vérifier que le mouvement à remontage manuel est en état de marche. Voilà une fonction intéressante lorsque l’on se trouve en terre hostile, où la fiabilité et la solidité sont des critères de survie. Son boîtier est plus “minimaliste” que son aînée avec ses 38mm de diamètre et ses anses percées, détail que nous apprécions toujours tout particulièrement.

La montre possède une réserve de marche de 38h et d’une étanchéité de 50 mètres.

Hamilton Khaki field Mechanical

Prix : 385€


Entre les deux, mon coeur balance. D’un côté une montre très brute et militaire, d’un autre le classicisme intemporel d’une véritable “tool-watch”, outil du soldat des temps modernes, tout aussi robuste et bien plus accessible… Unfortunately, price matters.