fbpx

RETTER MISTRAL  Haute horlogerie à portée de main ?

Dans notre monde niche de l’horlogerie, il y a certains mots qui sont utilisés à tort et à travers et qui méritent d’être mieux expliqués. Par exemple, les mots “Haute Horlogerie” qui semblent indiquer quelque chose d’unique, de luxueux, de rare, voire de mystique. Un peu comme le monstre du Loch Ness ou Bigfoot. Et comme le langage et les mots furent créés par l’homme, leur signification est purement subjective. Vous me pardonnerez donc (ou pas) de dire que le protagoniste d’aujourd’hui est une forme de haute horlogerie à notre portée (en ce sens que, d’un point de vue économique, le prix est raisonnable.) En effet, la Retter Mistral n’est rien moins qu’exceptionnelle, tant du point de vue du design que de la mécanique. Vous n’avez jamais rien vu de tel à ce prix là. 

Mais tout d’abord, parlons de la marque.

Retter est une marque américaine indépendante basée à New York créée en 2022 et qui a lancé un premier modèle appelé la 22. Ce dernier était un mélange de plusieurs montres de sport emblématiques à bracelet intégré telles que la Vacheron Constantin 222 et l’Audemars Piguet Royal Oak. Malgré ses influences, la 22 avait son propre charme et, à l’époque, j’étais déjà impressionné par la qualité de la montre elle-même. Mais de nombreux amateurs auraient souhaité que Retter poursuive sa première collection par quelque chose de plus inhabituel et de moins influencé par d’autres modèles. Ils peuvent maintenant se réjouir car le nouveau modèle de la marque, la Mistral, n’est rien de moins qu’unique. 

Un régal pour les yeux 

À première vue, on peut dire que la Mistral ne ressemble à rien d’autre que nous avons vu jusqu’à présent. C’est en soi quelque chose que de nombreux amateurs de montres recherchent lorsqu’ils achètent une nouvelle pièce d’horlogerie. Et comme le goût est aussi une affaire subjective, vous aimerez, détesterez ou serez indifférent à ce que vous voyez ici aujourd’hui. Personnellement, je trouve que la Mistral est assez frappante visuellement, même si ce n’est pas le type de montre que je voudrais normalement ajouter à ma collection. Mais, encore une fois, il faut savoir reconnaître du bon travail quand on en voit. Et la Retter Mistral est dotée de nombreux d’éléments visuels qui sont également superbement exécutés. 

Tout d’abord, le cadran offre de nombreuses surprises grâce à sa construction en plusieurs niveaux. En commençant par l’extérieur, nous trouvons le rehaut incliné sur lequel sont imprimées les minutes, puis, en dessous, une section argentée mate où se trouvent les indices des heures appliqués, puis, plus bas, une section principale dotée de profondes rainures verticales et d’un sous-registre des secondes encadré de métal poli. Notez que la texture de ce dernier est la même que celle qui est dans les rainures verticales. Cette texture est d’autant plus frappante qu’elle est remplie d’or blanc 18 carats. Pas mal, non ? 

De plus, je trouve que la forme des indices des heures – qui ressemblent à des arches étroites – convient parfaitement à la disposition du cadran, tout comme les aiguilles partiellement squelettes qui sont à la fois lisibles et qui nous permettent de voir autant que possible le cadran. Le boîtier est également très frappant visuellement puisqu’il présente une construction en trois parties, un profil fin et de superbes cornes de vache. Et bien que l’on puisse ne pas apprécier la petite couronne, je trouve qu’elle est ici de bonne taille par rapport à l’ensemble. Pour finir, le fond de boîte en saphir nous permet d’admirer le superbe calibre à remontage manuel. 

Le Retter Mistral est également très bien fabriquée

D’un point de vue technique, Retter n’a pas lésiné sur les moyens. Le mouvement mentionné ci-dessus est ce que la marque appelle le calibre Retter 2105, qui n’est pas un mouvement maison mais un ETA 7001 de grade chronomètre fortement modifié. D’après la fiche technique, les ponts sont microbillés et retravaillés, la platine de base a une finition perlée argent, les vis sont bleuies à chaud et le calibre est réglé pour fonctionner à +/- 10 secondes par jour. Entre vous et moi, je ne sais pas ce que tout cela signifie, mais je sais que la marque a fait un effort supplémentaire dans le choix du mouvement. L’autre particularité de ce dernier est qu’il est extra fin. 

C’est donc le moment idéal pour parler des dimensions de la Mistral. Le boîtier mesure 38 mm de diamètre, 42,4 mm d’une corne à l’autre, 7,4 mm d’épaisseur (y compris le verre saphir à double dôme) et 20 mm en entre-cornes. La marque n’a pas lésiné sur les moyens en appliquant un traitement antireflet interne sur le verre ainsi qu’un revêtement anti-empreintes digitales. Personnellement, je n’ai jamais entendu parler de ce dernier et je suis conscient que je n’ai pas tout vu, mais cela reste un petit détail intéressant. De plus, la Mistral a été conçue pour être lisible dans toutes les conditions d’éclairage puisqu’elle est dotée d’une bonne application de SuperLuminova X1 sur les aiguilles et les indices appliqués. 

Je m’en voudrais de ne pas parler de la finition du boîtier et du bracelet lui-même. Pour faire ressortir le cadran et les cornes, Retter a opté pour des surfaces polies effet miroir sur la lunette fixe et les parties supérieures des cornes, et pour des surfaces brossées horizontalement sur les côtés du boîtier et des cornes. La petite couronne à poussoir présente une alternance de surfaces brossées et polies, et le fond de boîte est entièrement brossé, ce qui met l’accent sur le mouvement. Le bracelet est fabriqué par Jean-Rousseau (apparemment, c’est important) en cuir de chèvre avec une doublure en alcantara, des barrettes à ressort à dégagement rapide et des extrémités ajustées. Cela signifie que le bracelet est bien fait et qu’il convient parfaitement à la montre.

Conclusion 

Revenons donc à l’introduction de cet article, et au fait que j’ai dit que la Retter Mistral est, selon moi, de la haute horlogerie à portée de main. Je pense que ceci est vrai pour trois raisons. Tout d’abord, le design du cadran et du boîtier est bien pensé et présente des éléments visuels uniques. Deuxièmement, la Mistral est bien fabriquée, avec des composants et des matériaux de qualité. Troisièmement, et c’est là le plus important, elle se vend pour environ 1 500 euros. Si votre définition de ce qui constitue un bon rapport qualité-prix est similaire à la mienne, nous pourrions convenir que la Retter Mistral est effectivement de la haute horlogerie à notre portée. 

Cela démontre une fois de plus que les micro-marques et marques indépendantes font beaucoup de choses très bien et ont l’avantage, contrairement aux grandes marques, de pouvoir innover davantage puisqu’elles n’ont pas d’héritage à respecter. Si vous aimez ce que vous avez vu aujourd’hui, je vous recommande de consulter le site internet de la marque, car la Mistral est disponible en précommande à partir du 18 juin 2024 et ce pendant deux semaines, avec une date de livraison estimée à octobre 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

Pochette d'ordinateur CHARLIE en nylon noir - JOSEPH BONNIE

Et si nous tissions un lien plus personnel ?

Rejoignez une communauté d'amoureux d'horlogerie : nouveautés, rendez-vous, évènements particuliers et de nombreuses surprises.

expand_less