fbpx
ROLEX DEEPSEA CHALLENGE

ROLEX DEEPSEA CHALLENGE L'histoire d'une montre qui tranche

Aujourd’hui, pas de plongée récréative. Pas de pêche aux coquillages. Nous nous dirigeons davantage là où le cachalot aime à dégoter quelques calamars géants, aux alentours des 1000 mètres de profondeur. Là où le soleil n’a plus permission, et plus bas encore où un écosystème totalement différent de celui auquel nous avons l’habitude prend place. Cette quête des profondeurs a été marquée par différents acteurs tout au long du XXe siècle siècle, et avant même, et Rolex a eu sa place dans certaines missions particulières, sans même parler de l’histoire avec la COMEX ! Mais bien des aventures de la Rolex Deepsea, avant même qu’elle ne prenne ce nom.

L’expédition challenger : 1872

Sans être un spécialiste de l’exploration des fonds marins, une des premières grandes missions océanographiques à réaliser des découvertes intéressantes à ce propos a eu lieu dans les années 1870. L’expédition Challenger se déroula entre 1872 et 1876 à bord du H.M.S Challenger, et eu entre autres pour mission d’en apprendre plus sur les fonds marins, et les espèces qui s’y trouvent. Grâce à la plateforme de dragage et de chalutage, les scientifiques à bord ont pu faire quelques relevés importants.

Tout d’abord, ils découvrent en 1875 un lieu où la profondeur dépasse les 8000 mètres. Ce lieu n’est autre que la Fosse des Mariannes, dont le point le plus profond aujourd’hui (aux alentours des 10.900 mètres) porte le nom de Challenger Deep. Mais ils font aussi la connaissance de milliers d’espèces qui apparaitront dans leur rapport au 30.000 pages. Il faudra attendre 1951 pour que la sonde du navire H.M.S Challenger II pousse la barre jusqu’à 10.800 mètres. Par la suite de nombreux navires, japonais pour la majorité continueront de chercher le lieu le plus profond.

Nous ne parlons ici que de sondes et de mesures à distance. Car il y a aussi des expéditions qui y sont descendu.

Trieste : descente en eaux profondes

La première descente eu lieu en janvier 1960 à bord du sous-marin Trieste. Un sous-marin pensé par les suisses et construit par les italiens, mais ce fut bien le suisse Jacques Piccard, fils du grand scientifique et ingénieur Auguste Piccard, qui y pris place pour une descente à 10.911 mètres, aux côtés de l’océanographe américain Don Walsh.

Une descente de 4 heures et 47 minutes à la grande vitesse de 0,9 mètres par secondes, pour un séjour de 20 minutes sur le fond. Mais avant de descendre dans cet extrême point du globe, le Trieste s’est payé quelques autres descentes, moins profondes certes, mais utiles pour sa préparation. Nous pensons en particulier à un voyage à 3150 mètres sous la surface au large des îles Pontines et plus précisément de l’île de Ponza, dans la mer Tyrrhénienne, le 30 septembre 1953, avec à son bord Piccard père et fils. Une Rolex Deep Sea Special y est attachée et résistera à la pression de 3 tonnes. De la même manière lors de la descente de 1960, une autre Deep Sea Special y sera attachée. On sait qu’il y a eu en tout moins de 10 prototypes ayant eu une vie sur le terrain et une trentaine de pièces pour en faire la promotion dans les boutiques à travers le monde.

Un visage reconnaissable par un petit diamètre, un verre très important, même si on note des différences d’épaisseurs entre les différents modèles prototypes, et surtout, un bracelet en or et acier parce que, tout de même, il faut briller quand on sait qu’il y a quelques visiteurs des abysses.

DEEPSEA CHALLENGER : 2012

La suite de l’histoire chez Rolex n’aura lieu qu’en mars 2012, quand le réalisateur James Cameron, après avoir passé quelques temps sur son film Avatar et plus de 20 ans après son film Abyss, atteint la profondeur de 10.908 mètres à bord du DEEPSEA CHALLENGER. Pour l’occasion, Rolex réalise la Deepsea Challenge et l’accroche en dehors du sous-marin.

La plongée durera 7 heures. Pour la préparer, le cahier des charges ira la tester jusqu’à 1500 bar de pression, pour une pression de 17 tonnes sur le verre et 23 tonnes sur le fond de boite. Version renforcée de la Deepsea classique, elle mesure 51,4 mm de diamètre et 28,5 mm d’épaisseur. Sa conception se fonde sur l’architecture de boîtier Ringlock System (une architecture de boîtier renforcée qui combine une épaisse glace saphir légèrement bombée, un anneau de compression en acier enrichi à l’azote et un fond en titane RLX) de la Rolex Deepsea.

ROLEX SEA-DWELLER DEEPSEA CHALLENGE : 2022

Pour cette nouvelle Deepsea Challenge, pas de sous-marin, pas de plongée record.

Rolex Deepsea Challenge

En même temps, puisque nous n’allons pas creuser la fosse des Mariannes et à moins de trouver un endroit plus profond, il n’y aurait pas vraiment de but à y retourner. Cette Deepsea Challenge rend hommage aux deux précédentes montres et plongées, et n’est que le prolongement naturel de la montre de 2012. Étanche à une pression de 11.000 mètres, elle a été intégralement réalisée en titane RLX, et c’est là le principal changement. Affichant un poids de 30% inférieur à la montre de 2012, elle dévoile également une teinte différente aussi dû à la finition satinée générale, bracelet compris. Ce dernier n’est d’ailleurs pas en reste car il nous dévoile les systèmes des lames Fliplock et du Rolex Glidelock permettant en combinant leur action de porter une combinaison épaisse de 7 mm. Pas demain la veille.

La bonne nouvelle, c’est aussi que la COMEX n’est jamais loin. Avec leur aide, Rolex a mis au point une cuve ultra haute pression, qui semble venir d’une autre planète, afin de contrôler l’étanchéité de la Deepsea Challenge. C’est bien le problème avec les outils de pointe : il faut souvent d’autres outils de pointe pour les tester. Ici, on applique lors du test 25 % de pression supplémentaire.

J’allais dire, après tout cela : a t-on vraiment besoin de savoir quel calibre alimente cette nouvelle Deepsea Challenge ? Par professionnalisme, parlons-en ! Il s’agit du calibre 3230, mouvement apparu en 2020 équipé du célèbre échappement Chronergy qui ne connait pas l’influence des champs magnétiques, et qui combiné au spiral Parachrom permet de garantir une belle précision. Vous voulez des mots techniques ? Le balancier est protégé en cas de chocs par des amortisseurs Paraflex. Pour conclure sur le calibre, une belle réserve de marche de 70 heures. L’inactivité de plus de 70 heures à 10.000 mètres de profondeur n’est pas recommandée.

Rolex Deepsea Challenge & Deep Sea Special

Voilà pour la petite immersion dans le bain. Pour tous ceux qui veulent s’essayer à la Deepsea sans aller vers les extrêmes, il reste encore en collection des versions 44 mm plus adaptées. Je ne peux que vous recommander quelques lectures sur ces prouesses d’exploration, qu’il s’agisse de celle du H.M.S Challenger en 1860, en passant par les aventures du Trieste et la famille Piccard en finissant par les voyages habitées de James Cameron. En attendant la possible découverte d’un endroit secret plus profond que les autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

Pochette d'ordinateur CHARLIE en nylon noir - JOSEPH BONNIE

Et si nous tissions un lien plus personnel ?

Rejoignez une communauté d'amoureux d'horlogerie : nouveautés, rendez-vous, évènements particuliers et de nombreuses surprises.

expand_less