fbpx
CHRONOLOGIE : ARNOLD & SON

CHRONOLOGIE : ARNOLD & SON Chez HEURGON

Chers lectrices et lecteurs, nous avons aujourd’hui le plaisir de vous présenter le septième épisode de notre nouvelle série vidéo CHRONOLOGIE entre d’un côté Les Rhabilleurs, et de l’autre le distributeur de montres de prestige parisien HEURGON. L’origine de cette série est née d’une idée entre deux entités proches, amies, qui est celle de proposer une vidéo par mois autour d’une marque de montre proposée chez HEURGON, avec son histoire, et une présentation détaillée des collections phares. Aussi une volonté pour nous de parler davantage de montres modernes en vidéo en reprenant l’histoire des marques.

La sixième vidéo concernait les montres de la marque Franck Muller, son univers autour de la complication dans des boitiers (entre autres) format tonneau. Aujourd’hui nous partons dans un nouvel univers. Celui d’Arnold & Son, marque de haute horlogerie qui mêle à la fois Angleterre et Suisse.

Après avoir évoqué l’horlogerie suisse, l’horlogerie japonaise et l’horlogerie allemande, que nous restait-il ? Probablement une des plus importantes : l’horlogerie anglaise. Ici dans l’inspiration de la marque comme vous allez le découvrir. Une horlogerie discrète et silencieuse, mais sans aucun doute exceptionnelle.

Arnold & Son : histoire

Pour comprendre Arnold & Son, il faut tout d’abord revenir au milieu des années 1990, en 1995 plus précisément. C’est alors que se créé en Suisse l’entreprise Les Monts SA, fondé par des amateurs d’horlogerie, et anciens de belles maisons et groupes. Leur premier fait est d’avoir lancé le concept de « British Masters », en mettant en avant deux piliers de l’horlogerie anglaise, George Graham (1673-1751) et John Arnold (1736-1799). Deux collections portant leur nom virent le jour en 1998.

Il s’agit alors d’une petite entreprise qui produit environ 1500 pièces par an avec des prix s’étendant de 4000 à 140 000 francs. Au même moment que l’arrivée d’un grand nom de la joaillerie et distribution d’horlogerie anglaise, William Asprey (son père John Asprey, qui a eu des lien avec F.P. Journe et Daniel Roth) dans le capital de la société, celle-ci devient The British Masters SA. C’est alors que Graham et Arnold & Son sont relancées en tant que marques.

En 2010, après un peu de chemin parcouru, la marque Arnold & Son est vendue à La Joux-Perret, qui appartient depuis 2012 au groupe Citizen. On comprend alors l’importance de la marque pour le motoriste et aussi pour Citizen qui l’utilise comme démonstration de l’univers des possibles en matière d’excellence horlogère.

D’un côté donc une inspiration du très riche passé de l’horlogerie anglaise, de l’autre des savoir-faire suisses. Mais alors, qui était John Arnold ? Un grand nom de l’horlogerie anglaise, réputé pour avoir créé de son temps la plus petite montre à répétition et avoir popularisé la notion de chronomètre telle qu’on l’entend aujourd’hui, jouant ainsi un rôle important dans le développement des chronomètres de Marine. Le célèbre navigateur James Cook était d’ailleurs un des utilisateurs de ses créations. Et un proche d’Abraham-Louis Breguet qui lui rendit plusieurs fois hommage.

On pense notamment à une pièce vendue par Sotheby’s en 2016, une montre de poche chronomètre signée de la main du maître, présentant des inventions importantes de l’horloger dont son ressort de balancier cylindrique.

ARNOLD & SON AUJOURD’HUI

Arnold & Son aujourd’hui, c’est toujours la réunion de l’héritage anglais en matière d’horlogerie, avec les savoir-faire de nos amis suisses. De multiples collections, s’étendant des grandes complications qui ont la chance de compter dans leur rang un tourbillon avec échappement à force constante, jusqu’à des pièces au visage hors du commun comme la Globetrotter et sa carte du monde en demi-sphère.

Pour vous montrer la diversité des collections chez A&S, j’ai décidé aujourd’hui de vous présenter quatre montres au sein de quatre collections. J’ai nommé Nebula, Globetrotter, DSTB (pour Dial Side True Beat) et la célèbre Lune perpétuelle.

ARNOLD & SON : NEBULA

Savez-vous ce qu’est une nébuleuse ? Certaines étoiles gigantesques en fin de vie s’effondrent sur leur noyau, provoquant alors une explosion indescriptible par sa force. Il peut en résulter une nébuleuse, comprendre par là un nuage de poussière et de gaz rémanent de l’explosion.

Arnold & Son Nebula

En regardant pour la première fois une Nebula chez Arnold & Son, on comprend le rapprochement avec la nébuleuse. En effet, la montre est construite avec un regard immédiat sur le mouvement, composé de sept ponts servant aux différents organes de la montre. On trouve dans la partie basse la danse du balancier et son spiral, sa voisine la petite seconde, et avec beaucoup d’harmonie dans la partie haute du cadran le double barillet permettant à se calibre A&S 5201 de délivrer 90 heures de réserve de marche. Les très belles et larges aiguilles en or facettées contrastent à merveille avec les finitions des ponts.

Vous aurez remarqué le travail très soigné de finition sur les différents composants du mouvement, où l’on trouve des pièces brossées, anglées et soleillées.

L’autre force de la Nebula, et davantage dans le modèle que nous vous présentons la Nebula 38, se rapporte à ses dimensions. Un diamètre de 38 mm (aussi disponible en 41,5 mm) pour une épaisseur magnifique de 8,9 mm (8,7 mm pour la version 41,4 mm) qui ajoutée à son harmonie globale en fait une montre très agréable à porter au quotidien.

ARNOLD & SON : GLOBETROTTER

Arnold & Son Globetrotter

Voici une pièce qui joue avec les dimensions et nous emmène dans l’hémisphère Nord, très haut, et fait aussi référence dans l’imaginaire Arnold & Son aux chronomètres de Marine développés par l’horloger John Arnold. Justement, l’hémisphère forme dôme qui décore magnifiquement le cadran est une petite oeuvre d’art. Surmonté d’un pont central arqué traversant, on y découvre une laque bleu forme les océans, de la poudre de nacre a été utilisée pour donner l’impression des vagues et les rivages ont été renforcés à dose de SuperLuminova, ce qui offre un beau spectacle de nuit. Les continents ont quant à eux reçu une finition rhodiée polie, et on y distingue les reliefs montagneux finis mat.

Cette Arnold & Son Worldtime dévoile, autour de son hémisphère, un disque gradué sur 24 heures et on peut distinguer en dessous sur une partie du cadran couleur opaline les chiffres romains et deux aiguilles discrètes pour la parcourir. Le mouvement automatique calibre A&S6022 dévoile de belles finitions dans un aspect général gris. On notera les côtes de Genève, les ponts chanfreinés et la masse oscillante squelettée.

ARNOLD & SON : DSTB

Nous avions le plaisir de découvrir cette montre en 2014 sous forme d’une édition limitée. Une pièce qui nous dévoilait alors une seconde morte côté cadran.

Arnold & Son DSTB

Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle sont apparues des montres à “seconde morte” et à seconde indépendante. Ces montres permettent grâce à un deuxième corps de rouages, d’arrêter puis de ré-enclencher à volonté la trotteuse sans perturber la marche du mouvement. Cette solution permettait donc déjà de mesurer des temps courts, même si elle obligeait encore à faire un calcul, la trotteuse ne permettant pas encore d’être remise à zéro.

En 1776, Jean-Moïse Pouzait dépose un mémoire décrivant le fonctionnant d’une montre à seconde morte indépendante que l’on pouvait arrêter à la demande, sans perturber le fonctionnement du mouvement. Il n’est cependant pas possible de la remettre à zéro, et il ne trouve pas de compteur pour les minutes.

Arnold & Son a voulu mettre cette complication en avant face cadran. On y trouve donc les ponts, traités palladium, le levier et sa forme d’ancre et les roues de cette seconde morte qui s’affiche sur une fine bande de saphir. À quatre heures, on trouve le cadran plus traditionnel avec sa laque blanche, ses chiffres romains peints et ses jolies aiguilles bleuies. En toute honnêteté, toute la beauté d’une telle montre se trouve dans la démonstration d’une complication qui peut paraître simple, mais dont l’histoire à prouvé le contraire. Et on peut rester ébahi face à ce doux mouvement pendant de longues heures !

ARNOLD & SON : LUNE PERPÉTUELLE

Arnold & Son Lune Perpétuelle

Avec sa Lune qui prend une place conséquente sur le cadran, la Lune Perpétuelle d’Arnold & Son rend hommage à notre cher satellite de la plus belle des manières. De surcroit dans cette édition limitée à 28 pièces où la belle a reçu un cadran en obsidienne du Mexique, une pierre volcanique aux motifs et à la couleur uniques qui contrastent bien avec la grande Lune rhodiée visible dans l’ouverture supérieure. Un ensemble qui joue avec les couleurs blafardes et mordorées que peut revêtir la Lune selon ses humeurs.

Autre qualité superbe de cette Lune Perpétuelle, on trouve sur le calibre A&S1512 et ses 90 heures de réserve de marche un deuxième indicateur des phases de Lune et qui est une belle particularité de la marque Arnold & Son.


J’espère que vous aurez pu saisir l’essence de la marque et des différentes pièces des collections que je vous ai présentées. Et surtout, venez les essayer chez HEURGON, en toute décontraction.

Nous vous donnons rendez-vous très prochainement pour le prochain épisode de cette nouvelle série consacrée à des marques que nous aimons chez HEURGON.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

Pochette d'ordinateur CHARLIE en nylon noir - JOSEPH BONNIE

Et si nous tissions un lien plus personnel ?

Rejoignez une communauté d'amoureux d'horlogerie : nouveautés, rendez-vous, évènements particuliers et de nombreuses surprises.

expand_less