fbpx
Montre du médecin & échelle pulsométrique

Montre du médecin & échelle pulsométrique Quand notre coeur fait Boum

Depuis le début de la situation que nous connaissons tous, nos quotidiens ne peuvent se dérouler sans entendre parler de médecine et plus généralement de tout ce qui s’en approche. Et nos montres dans tout cela ? Loin de vous parler dans les prochaines lignes de votre moyenne de rythme cardiaque dont votre montre connectée vous aura informé, j’aimerais revenir sur une fonction “vitale” du chronographe, l’échelle pulsométrique, et voir de manière générale, ce dont les médecins avaient besoin en matière d’horlogerie. Tout cela à l’aide d’une petite beauté disponible chez Joseph Bonnie : une Doxa Sfygmos.

Doxa Sfygmos - Sélection de montres vintage Joseph Bonnie

Qu’est-ce que l’échelle pulsométrique ?

Vous entendez bien souvent parler d’échelles en horlogerie. Elle peut être tachymétrique, décimale, télémétrique, et j’en passe. Des mesures qui servaient aussi bien dans l’armée pour connaître notre distance par rapport à l’ennemi, que pour appréhender notre vitesse grâce à un repère de distance donné. Mais alors, qu’en est-il de cette échelle dite “pulsométrique” ? Comme son nom l’indique, elle a trait au pulsations, ces battements perçus au niveau des vaisseaux et liés à la contraction cardiaque.

Comme la grande majorité des échelles citées précédemment, ces informations se prennent sur un chronographe et apparaissent à l’extrémité de l’aiguille des secondes, sur la partie extérieure du cadran.

De quelle manière cette échelle pulsométrique fonctionne t-elle ? Sur les cadrans qui l’accueille, vous trouverez souvent une inscription du type “GRADUÉ POUR X PULSATIONS”.

Première chose à faire : vous trouver un cobaye. Une personne qui vous prêtera son pouls le temps de quelques battements. La meilleure façon de sentir les flux du cœur se fera en touchant le poignet. En effet, c’est là le chemin de l’artère radiale, l’une des artères principales de l’avant-bras. En prenant en tenaille le poignet de votre cobaye entre votre main, pouce placé au niveau du du poignet dans l’axe du pouce, vous sentirez ainsi les battements du cœur.

Montre retirée, dans l’autre main, déclenchez le chronographe et commencez au même moment à compter les X pulsations. À la dernière, arrêtez le chronographe et lisez le pouls grâce à l’aiguille des secondes. Bien plus rapide que d’attendre la minute, et peut-être crucial dans un cas d’urgence.

Dans le cas de la montre que nous avons choisie de vous en parler, cette échelle s’exprime grâce à un chronographe monopoussoir. On peut lire sur l’extrémité du cadran “PER 20 PULSATIONS”, ce qui signifie, en reprenant notre méthodologie précédente, qu’une fois le poussoir enclenché, on compte 19 pulsations, et on arrête le chronographe à la vingtième. Simple, non ?

Doxa Sfygmos chez Joseph Bonnie

Allons un peu plus loin en vous présentant cette montre de médecin. Au passage, il faut savoir que les médecins n’ont pas attendu ces montres bracelets à échelle pulsométrique pour avoir l’utilité d’une montre dans leur travail quotidien. On trouve des montres de poche plus ancienne avec chronographe et même échelle pulsométrique, mais également des montres bracelets rectangulaires appelées “Doctor’s watch” par leur petite seconde complètement “oversized” permettant une grande lisibilité. Sans oublier quelques références comme l’Universal Geneve Medico-Compax, que vous pouvez observer un peu plus haut.

DOXA SFYGMOS : chronographe pulsomètre

L’élément formant SPHYGMO- dans la langue grecque, se rapporte au pouls et à la pulsation. Pas un hasard, donc, si cette Doxa a pris le nom de Sfygmos.

Sa particularité se remarque (presque) au premier coup d’œil. Si je dis presque, c’est parce qu’il y a en réalité deux choses à observer. La première, c’est cette aiguille du chronographe à neuf heures. Non, la montre n’est pas tombée, c’est tout simplement ici une façon de la placer, de manière aussi à faire respirer le cadran au repos. La deuxième, vous la verrez en regardant attentivement le verre qui semble séparer le cadran en deux parties. Un effet permis par une taille du verre interne et particulière créant cette impression de volume entre deux parties du cadran aux rôles distinct. Je n’ai qu’un mot : brillant.

L’autre beauté de ce chronographe pulsomètre réside dans ce que le monopoussoir entraine. En effet, bat à l’intérieur le calibre Valjoux 23, un mouvement à roue à colonnes de qualité, spécialement adapté ici pour être activé, arrêté et remis à zéro sans moyen de reprise (on ne rigole pas avec le pouls !) par le biais d’un unique poussoir.

Une pièce proche de l’état neuf de stock que nous avons dégoté sur Joseph Bonnie pour les quelques médecins qui sommeillent en vous.

La prochaine fois que vous croiserez une échelle pulsométrique, vous saurez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less