fbpx
menu search

Lancia Fulvia 1300 S Cavalerie légère

Lumière! Moteur… ça tourne! Des injonctions de réalisateur qui pour une fois ne sont pas du cinéma. Loin de là. Ces mots, au contraire, peuvent servir à définir une ravissante italienne, née en 1965 à Chivasso, du côté de Turin. Bien née, même, puisqu’elle porte l’un des plus nobles et élégants blasons de l’automobile italienne: celui de Lancia. Comme les enfants des grandes familles qui savent se faire un prénom, la Fulvia s’est forgée une solide réputation grâce à une carrière sportive exceptionnelle.

Un doute subsiste, toutefois. Etait-elle destinée à la compétition ? Ses lignes étirées, imaginées par le sage Piero Castagnero, et ses grandes surfaces vitrées, capables de faire prédominer la luminosité dans son habitacle cossu offrant quatre places, en faisait une désirable citadine et une enviable routière . Les rue élégantes de Florence, le dynamisme de Milan, ou le soleil de Capri semblaient être son décor naturel. Il faudra plutôt regarder du côté de Monte-Carlo. Pour se prélasser sur la corniche basse ? Certainement pas. L’agile petite italienne à la taille de guêpe – 900 kg à peine, grâce à des ouvrants en alliage de magnésium et d’aluminium -préfère le col du Turini. Oui, vous avez tout compris. Monte-Carlo, comme le rallye éponyme.

Lancia Fulvia 1300S

Une voiture de rallye passe-partout

Doté d’une version modifiée et améliorée du moteur a 4 cylindres en V de la berline, le coupé Fulvia bénéficie de 81 ch grâce à deux carburateurs. De quoi grimper à 160 km/h . Des performances qui ne cesseront de progresser, d’abord avec l’apparition du moteur 1 300 cm3, dont les 91 ch permettent une accélération 0 à 100 km/h en 11,2 secondes, puis les versions 1600, avec notamment les fameuses “HF” (traduire “High Fidelity”) pouvant prétendre jusqu’à 160 ch. De quoi rouler des mécaniques en rallye.

Le palmarès sera d’ailleurs impressionnant. Que citer? Sa victoire au Championnat international des marques de 1972 ? Le succès aux RAC Rally 1969 et 1970, Monte-Carlo 1972, Maroc 1972 et Sanremo 1972, ou encore le Rallye des Fleurs / Sanremo en 1965, 1966 et 1969? Et le Rallye RACE d’Espagne, alors? La Fulvia le met dans son escarcelle en 1966, 1967 et 1969. 1968, c’est le triomphe au Rallye du Portugal. L’année suivante, elle remporte le très disputé “Marathon de la route”, c’est-à-dire le 82 Heures du Nürburgring.

Avant de se retirer définitivement en 1976, elle glanera encore bien des lauriers, dont le Rallye de la Costa Brava en 1973. Des victoires qui vont garantir un peu plus le succès commercial de ce coupé plein de fougue et de charme, dont 140.454 exemplaires seront produits. Il faut y ajouter les 6.419 en version HF, et les 599 voitures carrossées par Zagato.

L’alliée des amateurs de rallyes historiques

Rien d’étonnant si ce petit bolide transalpin est aujourd’hui plébiscité par les amateurs d’épreuves historiques. Endurante, performante, globalement fiable, jouissant d’un approvisionnement facile en pièces détachées, le coupé Fulvia a toutes les qualités requises.

Lancia Fulvia 1300S

C’est le cas de l’exemplaire de 1975 présenté ici. Une voiture citadine à l’origine, qui a été préparée pour le sport avec des harnais trois points, l’extincteur réglementaire, les feux longue portée, le lecteur de carte, les sièges baquets et les autres équipements requis pour l’homologation et l’éligibilité dans les épreuves réglementées. Parfaitement entretenue par le garage Asphalt Classics, elle n’a cessé de courir avec succès depuis une quinzaine d’années.

Pourquoi s’en offrir une ?

Véloce, maniable, habitable, éligible… cette auto a aussi le mérite d’ête encore accessible. Il n’est pas impossible de dénicher un joli petit coupé globalement sain en dessous des 10 000 euros. Pour s’attaquer à un joli modèle préparé pour le rallye, il conviendra de disposer d’un budget autour de 20 000 euros. Voilà qui est particulièrement raisonnable pour une voiture d’une très grande marque de luxe capable de tenir la dragée haute à des sportives réputées, comme par exemple l’Alpine A110. Bien entendu – ne tentez pas de nous faire dire ce que nous n’avons pas dit – une rare version  1.6 HF “Fanalone” se négocie désormais plus de 50.000 euros, tout comme les versions Zagato. Des prix à voir encore plus à la hausse s’il s’agit d’une voiture de course d’époque avec un palmarès.

Tout l’intérêt de cette jolie auto, largement produite, est justement de pouvoir jouer sur les deux tableaux : élégant coupé de ville aux finitions charmantes et voiture de sport conçue par des ingénieurs. Une sportive en robe du soir et une diva en tenue de sport.

Merci à Asphalt Classics et à Calvin Courjon pour ces photos, une magnifique automobile disponible chez eux en ce moment.

Lien vers les autres articles Automobile

Lancia Fulvia 1300S

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less