fbpx
menu search

Avec chapal La combinaison tient la route

Plébiscitées par la mode, les créations de la maison Chapal sont ancrées dans l’histoire. Si les blousons de cuir font la réputation internationale de l’artisan français, les combinaisons participent de sa renommée auprès des pilotes.

Comment joindre l’agréable à l’utile ? Depuis deux siècles, la question occupe joyeusement les artisans de la maison Chapal. Avec pour principe directeur que l’esthétique renforce la fonctionnalité, Jean-François Bardinon, septième génération à la tête de l’entreprise familiale fondée en 1832, poursuit un travail de création original et singulier dans l’univers de la mode.

Ses accessoires sont particulièrement nécessaires. Spécifiques, ils sont pour la plupart introuvables ailleurs, surtout dans cette qualité et cette précision d’exécution. Serres-têtes en cuir, lunettes enveloppantes, casques gainés, ou bottines de conduite fines et extra-souples répondent aux besoins spécifiques des amateurs de belles automobiles anciennes. A mille lieux du déguisement ou de la reproduction nostalgique, ces effets très personnels sont une projection moderne des équipements d’autrefois. Piloter aujourd’hui une monoplace de Grand-Prix des années 30 vêtu d’un blouson Chapal n’est pas anachronique. Il s’agît plutôt d’une uchronie. Comme si le temps ne s’était jamais arrêté.

Combinaison Pilote CHAPAL 1950

mobilisation pour les pilotes

La combinaison de pilote est une pièce phare de la garde-robe de l’amateur. Pratique, elle l’est: elle a même été inventé dans ce but, aux balbutiements de l’aviation, non seulement pour garantir une certaine liberté de mouvements, restreinte par les lourds manteaux à emmanchures montées, mais aussi pour se prémunir des courants d’air. Enveloppant le corps d’une pièce, elle le protège tout entier, permet de se réchauffer et aussi de se glisser aisément dans les habitacles exigus sans rien accrocher. Nul risque d’être débraillé. Des qualités qui la feront rapidement adopter par les pilotes militaires lors de la Première Guerre mondiale.

Dès le début du conflit, Émile Chapal se mobilise. La tannerie de Crocq, au au coeur de la Creuse, sur le versant sud du Puy de Rochat, berceau historique de l’entreprise, mais aussi les ateliers de Montreuil-sous-Bois, établis en 1857, ou la filiale américaine de Brooklyn, ouverte en 1881, se mettent à produire des vestes de peaux retournées, enduites et vernies selon un procédé spécifique de leur invention, mais aussi des combinaisons de vol.

Un équipement rapidement copié par les mécaniciens au sol. Ils taillent les leurs dans des tissus de moindre qualité et dans des toiles de bâches foncées pour moins s’exposer aux tâches. Les deux castes de combinaisons sont bien établies. Comme nombre d’autres équipements glorieux – la montre-bracelet ou le trench-coat, par exemple – la combinaison passe dans le civil dès la paix revenue. Si la salopette bleue va devenir l’uniforme des plombiers ou des mécanos, le « overall » blanc ou crème sera l’apanage des seigneurs de la route, des chevaliers de la vitesse: les pilotes de course et les automobilistes.

En route vers le futur avec style

L’esthétique Art Déco des années 30 colle à cette seconde peau du gentleman-driver. Se faire photographier en tenue complète, au volant d’un bolide, à la manière de l’écrivain Paul Morand sous la Tour Eiffel en Bugatti 35, a un chic fou.

Combinaisons CHAPAL - Trophée Paris-Pékin

Les Anglais sont les premiers à y faire broder l’insigne de leur club. Noblesse oblige. Le pilote vedette Tazio Nuvolari agrémente la sienne d’un gilet de protection en cuir et sans manches qu’il a fait faire sur-mesure. L’idée sera reprise.

A la Mille Miglia, en 1940, les pilotes de l’équipe BMW consacrent un peu de leur avance pour se changer et apparaître en tenue immaculée pour offrir au IIIè Reich une victoire écrasante et impeccable. On ne se refait pas. Jusqu’aux années 60, il est de bon ton de porter une cravate en-dessous. Mike Hawthorn préfère le noeud papillon.

Cuir et coton, la combinaison idéale

Mais aujourd’hui, comment faire pour rouler avec l’allure des conducteurs d’autrefois et garder le caractère d’authenticité allant avec son bolide sans faute de goût ? Car, parfois, la reconstitution historique tourne au carnaval; sortie de route assurée. Le bon chemin passe assurément par le 244 rue de Rivoli à Paris.

Accessoires de pilote - CHAPAL

Prêtes à prendre la route, les combinaisons conçues par Jean-François Bardinon y sont au paddock. Le créateur est aussi un amateur particulièrement avisé de belles machines. Il en connaît un rayon.

Taillées dans une gabardine de coton souple et respirant, les combinaisons Pilote 1950, particulièrement évocatrices avec leurs deux grandes poches latérales pressionnées, plaquées poitrine et deux autres à l’italienne, sont agrémentées de détails spécifiques en cuir de mouton glacé. Notamment des épaulettes et une ceinture ajustable. Le secret du cuir Chapal tient bien sûr à la spécificité de son tannage artisanal et manuel.

Le tannage s’effectue dans de grandes cuves où l’on sépare la laine du cuir. Les peaux sont écharnées, trempées dans des bains d’acide que l’on appelle « pickle ». Hors des bains, elles restent plusieurs jours, voire semaines, et se bonifient. Alors intervient le tannage au chrome ou aux tannins végétaux stabilisant définitivement la peau qui devient cuir.

Jean-François Bardinon

La matière devra encore être travaillée afin de nettoyer la partie appelée « velours », c’est-à-dire la chair. Le côté fleur sera lissé et prendra ainsi son effet de brillance. Reste encore la question de la teinture. Les cuirs sont plongés dans un subtil mélange d’eau, de colorant et de nourriture. Un procédé ancestralement maîtrisé par les artisans de la tannerie Chapal de Crocq. Puis le cuir sera séché et travaillé à nouveau pour être mis à plat grâce à une machine spéciale permettant de poncer puis lustrer la fleur.

Accessoires de pilote - CHAPAL

Pour plus de singularité, Jean-François Bardinon a décidé de sortir des pistes balisées. Ses combinaisons ne sont pas toutes beiges, blanches ou bleu clair. En jouant sur la palette des patines du cuir, mais aussi sur les textiles, il propose tout un assortiment de coloris, allant même jusqu’à une très belle version denim à empiècement de cuir bordeaux. Des combinaisons tellement chouettes qu’il serait presque dommage de les limiter à un usage automobile.

CHAPAL
244 rue de Rivoli
75001 PARIS

N’hésitez pas à cliquer ici pour davantage d’informations et un coup d’oeil sur leur shop

Blouson BB Cuir Glacé noir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less