menu
search

Sanders Hi-Top, héritières des bottines « Playboy » de Steve McQueen

C’était à Londres à la fin du mois de décembre. Je n’apprécie pas spécialement faire le tour des boutiques lorsqu’une d’entre elles attire mon attention. Cette boutique n’est autre que Private White V.C. Une enseigne qui ne vous parle pas forcément mais qui s’est fixée la mission de vendre des produits uniquement fabriqués au Royaume-Uni, suivant un cahier des charge produit et humain très strict.

C’est donc sans surprise que je suis (re)tombé nez à nez avec une paire de chaussures Sanders qui m’avait déjà fait de l’oeil il y a quelque temps. Des souliers qui ne sont autres que les Chukkas Hi-Top de la marque, héritières des célèbres Hutton « Playboy » popularisés par un certain Steve McQueen. Retour sur image.

Sanders Chukka JOEL Hi-Top

 

L’empreinte Steve McQueen

Tout pourrait partir des chaussures portées par Steve McQueen.

Steve McQueen - Hutton Playboy

En effet, en regardant des images d’époque et en parcourant les multiples livres qui regroupent de nombreuse photos du « King of Cool », notamment celles prises par son ami et photographe William Claxton, une paire de chaussure revient régulièrement. On pourrait croire à des Desert Boot de chez Clarks. Que nenni. La forme peut sembler similaire, à quelques détails près. Une grosse semelle en crêpe à talonnette, une construction Goodyear, du daim et quatre oeillets. Le tour est joué. 

À l’époque, il s’agissait de paires de la marque anglaise Hutton appelées « Playboy Originals ». Une marque qui vivra plutôt dans la première moitié du XXème siècle et qui fermera malheureusement ses portes en 1970. Par la suite le nom sera repris par des marques du Nord de l’Europe en Suède notamment. Avant de tomber dans le domaine public.

Aujourd’hui, peu de fabricants ont réellement réussi à travailler des souliers pour rendre ses lettres de noblesse au modèle disparu. Et le modèle le plus communément accepté comme étant le plus abouti est cette fameuse Joel Hi-Top de chez Sanders.

Sanders Joel Hi-Top

Aujourd’hui, ce modèle est devenu le remplaçant parfait de la Hutton que portait Steve McQueen. On trouve évidemment quelques paires similaires chez d’autres marques. Mais disons que la légitimité de Sanders, sa fabrication britannique et ses gammes plus élargies en fait une marque de choix pour celui qui veut ses chukkas.

Sanders JOEL Hi-Top

Trois mots sur Sanders tout d’abord. L’entreprise est créée en 1873 par deux frères ; William et Thomas Sanders de Rushden. Ils s’installent donc avec leurs artisans à Rushden (Northamptonshire) et les années qui suivent voient l’entreprise s’agrandir et devenir profitable. Elle emploie plus de 70 personnes en 1912. Pendant la Première Guerre mondiale, elle contribue à l’effort de guerre et fabrique plus de 6000 paires par semaine. Un évènement tragique se produit en 1924 : leur usine prend feu, et tout est pratiquement détruit. Une opportunité (dans la douleur, certes) pour reconstruire et moderniser.

Sanders JOEL Hi-Top

Aujourd’hui, Sanders produit encore environ 2000 paires par semaine, est distribué dans de nombreux pays, et reste fidèle à son identité ! Toujours produites en Angleterre.

Leur version de la Playboy apparaît quelques années après la fin d’Hutton.

Les JOEL sont alors nées. Et elles sont adoptées à l’unanimité. Contrairement aux Playboy, elles ne sont pas construites de la même façon. En effet, alors qu’un montage Goodyear était fait sur les Hutton, la semelle en crêpe des Sanders est collée à la partie supérieure en daim. Leur intérieur est doublé de cuir. Attention, que le collage ne vous effraie pas, même s’il est vrai que cela rend les réparations plus complexes.

Sanders JOEL Hi-Top

Le très gros plaisir avec ces Joel, c’est qu’elles se portent assez bien que l’on soit habillé d’un costume croisé en flanelle de laine à fort revers, ou que l’on soit en jean, en chino. Pour le jean, qu’il soit plutôt près des jambes ou au contraire plus large ne change en rien l’élégance des chaussures aux pieds. Des chaussures qui ne se prennent ni au sérieux, ni trop casual, et qui en imposent plutôt lourd avec leur épaisse semelle en crêpe.

Elles possèdent une caractéristique bien particulière, en général l’apanage des chaussures qui durent longtemps. Celle de ne pas être confortable tout de suite. Une petite semaine sera en effet nécessaire afin de les « casser » et d’être vraiment à l’aise. Ce n’était pas une si bonne idée  de les emmener pour la première fois au salon de Genève, lieu où l’on parcourt 100 km par jour sur une épaisse moquette. N’est-ce pas Jérôme ?

Sanders JOEL Hi-Top

Selon les shops, il faudra tout de même compter autour de 220/230€ pour acquérir une paire de Joel, disponible en une multitude de couleurs. Veillez peut-être à prendre une demi taille en plus pour y être vraiment bien. Si le chaussant est plutôt étroit, ne succombez pas non plus à la tentation du confort immédiat : le veau velours se détend largement et il serait bien dommage de terminer avec une paire de souliers que vous abîmerez prématurément en les achetant trop grands.

A Paris, vous pourrez en trouver en choix chez Royal Cheese (quelques modèles de Converse sont aussi à examiner) mais si vous faites un tour à Londres, je ne peux que vous conseiller une petite visite chez Private White V.C.

Dernier petit point, si vous aimez l’aspect de ces Chukkas, d’autres modèles chez Sanders reprennent le même coup de crayon, toutefois dans un format bottine ou en chaussure de ville plus basse. Je laisse ça ici.

Sanders Chukka JOEL Hi-Top

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less