fbpx
menu search
Portrait de la semaine : Meet Aymeric

Portrait de la semaine : Meet Aymeric

Vous connaissez maintenant notre attachement à l’humain, à celui qui se cache derrière la montre bien plus qu’à la montre elle même.  Aujourd’hui dans notre série de portraits je vous propose de faire la connaissance d’Aymeric.

Lecteur et grand collectionneur, je pourrais commencer ce portrait par un étalage de l’impressionnant curriculum vitae de ce père de famille, je n’en ferai rien. Oui, Aymeric a commencé dès la fin de ces études à travailler pour l’industrie horlogère suisse, sa passion. Je m’intéresserai aujourd’hui à l’homme, à qui il est, plutôt que de faire étalage de ce qu’il a accompli.

Un homme simple, une passion qui l’est tout autant.

J’ai découvert un homme passionné, et simple. Certains pourraient penser qu’un collectionneur qui possède plus de 100 pièces est forcément un homme qui accumule, il n’en n’est rien. Oui, la collection est importante, mais après plus de vingt ans passés au service d’une industrie qui fabrique les garde-temps qui nous font rêver, vous pensez bien que les bonnes occasions sont nombreuses et qu’il est compliqué, même en gardant la tête froide, de ne pas se laisser tenter de temps à autre…

Une collection variée, au sein de laquelle nous lui avons demandé d’en retenir 3… Tâche difficile…

Rolex Submariner 16610 : La valeur sentimentale

Rolex Submariner 16610

Un choix facile selon certains ? Attendez d’en connaître l’histoire. Cette montre est la première pièce acquise par ce passionné à l’âge de… 15 ans et qu’il porte très souvent aujourd’hui. Non, cette montre ne lui a pas été offerte par Papa ni Maman pour son quinzième anniversaire. C’est avec une partie de l’héritage de sa grand-mère, et contre l’avis de ses parents que le jeune Aymeric décidait de faire cet “investissement”. Un choix qu’il ne regrette évidemment pas puisque cette “Sub” l’accompagne encore aujourd’hui. Un souvenir de jeunesse, et quel meilleur souvenir de sa grand mère ?

Petite anecdote que j’aime beaucoup, et qui traduit bien le personnage, est qu’il décrivait à l’école, à l’âge de 12, sa future maison comme possédant une pièce dédiée à ses montres… on aime vraiment beaucoup la précocité de l’intérêt horloger !

Jaeger-LeCoultre Master Compressor Valentino Rossi : La passion

Montre Jaeger-LeCoultre Master Compressor Chronograph Valentino Rossi

Edition limitée du chronographe Master Compressor dédiée au plus rapide des pilotes de moto GP, 9 fois champion du monde, cette déclinaison en noir et jaune qui porte le numéro 46 de celui qu’on surnomme “The Doctor”.

Pourquoi ce choix ? Aymeric est un pilote de moto émérite, une autre de ses passions qu’il pratique sur route et sur piste où il a d’ailleurs eu l’occasion de piloter à de nombreuses reprises et même d’accompagner Rossi lui même lors d’un évènement. Pas exactement le profil typique du père de famille qui travaille dans l’horlogerie, right ?  On comprend donc ce choix, d’une logique imparable.

Régulateur Paul Picot : L’outsider

Il y a des montres pour lesquelles l’affection ne s’explique pas de façon traditionnelle. Outre l’histoire d’une marque ou d’un modèle, son héritage et le story-telling associé, voici un régulateur haut en couleur de forme forme tonneau produit par la maison fondée en 1976 par Mario Boiocchi.

Régulateur Paul Picot

Comme quoi le plaisir de chacun ne se trouve pas toujours que dans des pièces chères, et j’aime personnellement beaucoup voir cohabiter au sein d’une même collection, des pièces issues de différentes “classes sociales” ! Cela prouve bien que l’intérêt d’Aymeric pour ses montres n’est pas motivé que par une image de soi ou un positionnement social. Bravo.

Une autre passion… Les lames

Lorsqu’on discute avec un passionné de montre, il n’est pas rare de découvrir en lui un amateur de couteaux. Je trouve cela tout à fait logique étant donné que ces deux outils du gentleman vont de paire. Aymeric à donc partagé avec nous 3 pièces de sa collection que voici. Nous restons exclusivement dans la coutellerie française traditionnelle pour celui qui à grandi dans le centre de la France.

Portrait Aymeric - Couteaux

Tout en bas son premier laguiole dont la lame a perdu beaucoup de matière, affutage après affutage. Au centre nous trouvons le Sanflorain,  création exclusive du coutelier de Saint-Flour Bruno Coupat, acheté avec son fils lors d’un tour de France à moto.

Portrait Aymeric - Couteau Sanfloraina

Au sommet de cette petit pyramide se trouve un Laguiole à lame damassée et plaquettes en ivoire acquise pour ses 30 ans.

Portrait Aymeric - Couteau Laguiole Damas Ivoire

Le choix de ces lames n’est pas anodin, et vous voyez que comme les montres, ces pièces sont autant de souvenirs qui se glissent dans la poche.

Merci Aymeric d’avoir partagé un peu de ton temps, de tes histoires et de ta passion avec nous, ce fut un plaisir.

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less