fbpx
A. Lange & Söhne Cabaret : un plaisir atypique

A. Lange & Söhne Cabaret : un plaisir atypique

On ne peut ressentir pleinement le frisson A. Lange & Söhne sans s’abandonner autant à son histoire mouvementée et riche qu’aux hommes qui ont dévoué corps et âme pour sauvegarder un héritage et insuffler leur propre vision de l’horlogerie contemporaine à cette manufacture.

Il est certes vrai qu’on pense en premier aux formes rondes chez A. Lange & Söhne. C’est pourquoi il faut faire un pas en arrière pour entrevoir d’autres formes, qui ont entre autres donné naissance à la Lange Cabaret.

Le retour d’A. Lange & Söhne

Après une Seconde Guerre Mondiale témoin de l’expropriation brutale et tragique de la manufacture de Glashütte qui se trouvait de l’autre côté d’un mur long de plus de 150 kilomètres, l’héritage de Lange semblait s’être évaporé (d’ailleurs le nom même de Lange ne figurait plus sur les cadrans des montres encore produites). Mais la fougue propre aux hommes de la manufacture ne s’est pas bornée au mur. Au moment même de sa chute, la marque renaissait de ses cendres.

En 1994, après plusieurs années de recherches intenses et d’insomnies prolongées, la manufacture présente ses quatre premiers prototypes qui marqueront durablement l’esprit A. Lange & Söhne. La Lange 1, l’Arkade, la Saxonia et le Tourbillon Pour Le Mérite étaient les premiers élus. Et l’Arkade n’était pas tout à fait ronde… Une montre hybride, à la fois ronde du côté des cornes, et rectangulaire sur les tranches. Une grande date, une petite seconde, des chiffres romains et des index et aiguilles signatures de la manufacture, tout sommeille déjà dans ces prototypes.

Les prototypes en 1994 (l'Arkade est la deuxième en partant de la gauche)

Source : www.alange-soehne.com

A. Lange & Söhne Cabaret : esprit Art-Déco

Il n’est donc pas étonnant si une Lange de forme rectangulaire fait son apparition trois ans plus tard. Le modèle Cabaret apparaît donc en 1997 et vient apporter un format différent des autres pièces de la collection.

A. Lange & Söhne Cabaret

Je vous parlais d’hommes il y a quelques lignes, et nous ne pouvons dissocier cette Cabaret de Gunther Blümlein. C’est lui qui, durant la réunification Allemande, rejoint Walter Lange pour donner un second souffle de vie à la manufacture. Il était déjà reconnu pour ses talents chez IWC et Jaeger, si bien qu’il pris la tête de LMH (Les manufactures horlogères, rachetées par Richemont en 2000) pour s’occuper des trois manufactures.

La Cabaret était une des montres favorites de Gunther Blümlein, par sa forme et son tout nouveau calibre créé spécialement pour la pièce. Une Lange rectangulaire (26mm sur 36mm), donc, proposée en or jaune, rouge, et en platine. Elle fait immédiatement songer aux montres Art déco, et dévoile une élégance surprenante. En effet, le boitier présente des anses joliment travaillées et dessinées, ce qui lui confère cet esprit classique et Art déco. D’autres détails viennent compléter ce charme comme la présence de la Grande Date à midi, signature propre à Lange. Le reste du cadran fait résonner une certaine pureté, les chiffres romains tournent dans le même sens, les index sont placés avec harmonie au sein du cadran.

Nouvelle pièce, nouveau calibre

Le nouveau souffle de la marque à partir de 1994, ainsi que la présence apaisante de Gunther Blümlein, ont poussé la perfection jusqu’à un certain degré. Il était difficilement envisageable de concevoir un nouveau modèle, aussi spécial que celui-la, sans proposer un nouveau mouvement qui lui fasse honneur. C’est pourquoi la Cabaret vient avec le nouveau Calibre L931.3.

A. Lange & Söhne Cabaret - Calibre L931.3

Source : timezone.com

On peut le contempler en retournant la montre, et observer pourquoi on parle de “Haute-Horlogerie”. Les finitions sont exceptionnelles, le mouvement est taillé pour le boitier, donc parfaitement rectangulaire, le coq est gravé…une maîtrise totale de la part de Lange. Vous pensiez apercevoir des “côtes de Genève” qui décorent le mouvement ? Après une belle discussion avec l’un des représentants de la manufacture, on les appelle “Côtes de Glashütte”. Habile…

La pérennité de la Lange Cabaret

Cette pièce donc, présentant une nouvelle forme ainsi qu’un nouveau mouvement manufacturé, n’a pas eu un succès impressionnant, peut-être parce que la grande majorité des collectionneurs et amateurs de montres associaient A. Lange & Söhne à des formes rondes exclusivement. On peut aussi comprendre qu’un nombre important de personnes possède moins de sentiments vis-à-vis des montres de forme rectangulaire.

Pour trouver une de ces petites pépites aujourd’hui, il faudra débourser autour de 15.000€ pour une version en or et autour de 20.000€ pour une version en platine. Le prix n’est que le reflet d’une perfection de conception et de fabrication. La Cabaret possède des finitions exceptionnelles dignes de la sphère de la haute horlogerie.

Ne soyez pas dubitatif quant aux formes qui sortent de l’ordinaire, on ne peut être insensible à cette pièce. Elle représente à mon goût la montre du dandy moderne inspiré d’une Belle Époque dont il est paradoxalement nostalgique sans l’avoir vécu, et d’une mouvance Art déco née avant la Première Guerre Mondiale. Ce dandy arpente les rues froides et brillantes de New-York par un matin d’automne, quand les températures d’été s’effacent mais où la surprise d’un plein ciel bleu n’est pas inexistante…

A. Lange & Söhne Cabaret

DIRECTEMENT CHEZ VOUS

TOUTES LES SEMAINES

expand_less