Home Portraits Rencontres

Rencontre : Nicolas Legrand, fondateur de l’Oyster Passion Club

Jérôme
Le 27 octobre 2015
-

– “Papa, c’est quoi l‘Oyster Passion Club ? C’est un club qui réunit les amateurs d’huitres sans discrimination régionale ? Nan, attends ! Je sais, c’est un endroit tenu secret où une spéciale pousse en claire numéro 1 du bassin d’Arcachon, pourrait rire aux éclats avec une Gillardeau et son goût de noisette ? Ce serait bien !”

– “Tu es drôle Lionel, mais ce n’est pas tout à fait ça,  je vais t’expliquer.”

L’Oyster Passion ClubOPC pour les intimes, est effectivement un club comme son nom l’indique, mais il réunit des propriétaires et amateurs d’un tout autre type d’huitres. Leurs huitres à eux ? Les boîtiers ‘Oyster’ de la marque couronnée, Rolex bien évidemment.

Fondé en 2013 par 2 membres, dont Nicolas Legrand que nous avons rencontré, l’OPC est né d’une volonté de passionnés de sortir des clichés “Rolex », mais aussi et surtout de l’anonymat et du digital pour créer des rencontres bien vivantes autour de leur passion.

Journaliste de formation et responsable d’une petite radio régionale avant de s’orienter vers la presse auto, Nicolas est un jeune homme calme et discret dont les yeux s’illuminent lorsqu’il regarde le Cosmograph Daytona au cadran blanc qui brille à son poignet. C’est une réaction très saine ne vous inquiétez pas.

Nicolas Legrand - Oyster Passion club OPC - Cosmograph Daytona

Nicolas n’est d’ailleurs pas venu les mains vides. Il m’a ramené ce matin deux pièces rares, Rolex bien évidemment, qui ont tout de suite adoucies l’âpreté de mon café sans sucre. Deux pièces en or très différentes. Un petit chronographe bi-compax (mon éternel coup de coeur), référence 2508 antimagnétique ainsi qu’une montre de poche surprenante de modernité pour son âge.

Le petit chronographe au cadran clair et à l’échelle télémetrique peinte presque entièrement disparue, a conservé son âme de jeune homme tant il est encore rayonnant malgré toutes ses rides. Ces marques du temps, qui comme j’aime à le rappeler, ne sont pas des tares mais bien des qualités qui témoignent d’une vie improbable que l’on peut s’imaginer à rêver. (Mesdames, c’est évidemment pareil pour vous !)

La montre de poche est, quant à elle, comme neuve. Le cadran laqué noir est d’une profondeur incroyable et chaque index, marquage ou chiffre doré qui compose ce cadran, se détache avec netteté. Le détail le plus frappant de cette pièce, mis à part la forme fluide de la boîte en elle-même,  est pour moi le design du dispositif de protection de la couronne de remontoir à 12 h. Je ne suis pas certain de lui avoir rendu justice avec mes photos, la lumière n’étant pas au rendez-vous, mais c’est en tout cas une montre que j’aurais énormément de plaisir à porter au quotidien, attachée à un beau lacet en cuir, sans un instant me sentir vieillot, je vous le garantis !

Montres vintage Rolex

Mais revenons à notre sujet de départ, l’Oyster Passion club, je me suis encore laissé déborder par l’émotion que m’a procuré la découverte de ces deux garde-temps.

L’Oyster Passion Club

L’OPC organise  maintenant une quinzaine de rendez-vous par an dans toute la France et accueille petits et grands collectionneurs. Propriétaire d’une petite Oyster précision dont vous venez d’hériter pour vos 18 ans, heureux détenteur d’une Milsub convoitée par beaucoup ou collectionneur de 1675 aux cadrans tropic, ces rencontres autour de la montre sont ouvertes à tous. C’est en effet l’occasion idéale de placer l’humain et la passion au centre de ces rencontres horlogères. Deux mots clés sont à l’ordre du jour, passion donc, mais surtout partage.

Le club est composé aujourd’hui de 70 membres qui sont sélectionnés sur la qualité de leur personne et non sur la taille de leur… collection. La cotisation annuelle est de 50 EUR et leur permet de financer en partie certains projets communs tels calendriers où des belles jouent les égéries Rolex le temps d’un shooting. On reste dans le partage puisque les bénéfices tirés de ces ventes ne sont pas utilisés pour se goinfrer de homard en famille, ni à se procurer la dernière pièce tant convoitée, mais est intégralement reversée à des oeuvres caritatives. Partage toujours, car une autre de leurs initiatives consiste en l’échange temporaire de leurs garde-temps couronnés. Vous pourriez avoir une belle surprise !

OPC - Cosmograph Daytona

Les membres bénéficient tout de même, si ce n’est de liens privilégiés avec la Suisse, d’une belle introduction auprès de certains revendeurs de la mythique marque helvétique, plaisir horloger oblige.

Et maintenant ?

L’OPC a comme projet immédiat de grandir. Comment ? En créant une nouvelle structure regroupant les différentes associations et forums horlogers existants, afin de mettre leurs forces en commun.

Cela permettrait en effet à tout le monde d’avancer à bien plus grand pas sur trois axes bien distincts. La promotion de leurs activités et rencontres d’une part, l’obtention d’économies d’échelle d’autre part lorsqu’ils organisent des réunions ou font fabriquer des produits pour leurs membres. Mais aussi et surtout pour, à moyen terme, organiser des rencontres et conférences pour tous, pas uniquement centrées autour des héritiers de Hans Wilsdorf mais bien de cette même passion qui nous anime : L’horlogerie.

Montres vintage Rolex

Lorsque les Hommes se réunissent autour d’une passion commune sous le signe du partage, personnellement je n’y vois que du bien. Nicolas me confiait d’ailleurs que de ces rencontres sont déjà nées nombre d’amitiés fortes qui dépassent largement les barrières de la passion horlogère.

Une initiative que j’encourage donc vivement, car comme le disait si bien Antoine de Saint-Exupéry que je reprends à mon compte aujourd’hui:“Il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines”.