Home Actualité Horlogerie

Première édition du Rallye Père-Fille avec les montres IWC

Nicolas
Le 16 mai 2017
I

IWC a pris une belle habitude ces dernières années. Celle d’être le partenaire officiel de courses de Rallye inter-générationnelles. Plus précisément ? Vous avez surement déjà entendu parler du Rallye Père-Fils qui se déroule maintenant depuis 5 ans. Le concept est simple. Un père s’inscrit au Rallye avec son fils, accompagné de sa voiture favorite (qu’elle soit récente ou ancienne) et ils participent avec d’autres pères et fils à un rallye cheminant par des paysages somptueux, en s’arrêtant par des lieux exceptionnels pour prendre quelques petits remontants.

Cette année, IWC « innove » en proposant avec les organisateurs le même évènement, cette fois avec les filles de ces conducteurs méritants. L’évènement fait sens, et cette première édition est un véritable succès. Retour sur images.

IWC et la première édition du Rallye Père-Fille

Première édition du Rallye Père-Fille

En quoi consiste cet évènement ? Prenez un père, sa fille, et sa voiture préférée. Le tour est joué. Pas moins de 28 participants inscrits cette année. Et une variété de voitures assez exceptionnelle, tout comme des modèles que l’on voit rarement rouler dans sa vie. D’une Porsche Targa 4S, en passant par une Ferrari F40 et une Porsche 959, sans oublier une Porsche 356, quelques Jaguar Type E et une Mercedes SL63 AMG, le panorama est large, n’est-ce pas ?

Il faut maintenant vous peindre le paysage de rêve qui nous a accueilli. C’était vendredi dernier, au petit matin. Rendez-vous à Aix-en-Provence pour tous se retrouver dans un lieu calme perdu dans une végétation dense et un souffle de vent léger, au Tholonet pour être exact. Les participants et leurs filles arrivent peu à peu, le parking se rempli de belles choses. Chacun prend quelques heures pour s’installer et se reposer.

Puis IWC propose un atelier d’horloger « Master Class » avec Kurt Klaus. Oui, Kurt Klaus. L’homme à l’origine du mouvement calendrier perpétuel autonome en 1985. Il a introduit de nombreuses améliorations et corrections dans une complication « classique ». 500 ans de fonctionnement autonome. Pas mal du tout. L’atelier terminé, les yeux et l’esprit des pères comme des jeunes filles se sont emplis de joie devant le succès du mouvement remonté et fonctionnel. Oui, des filles de 14 ans ont réussi, avec la supervision de Master Klaus, à remonter seules un mouvement. Des questions ?

Ensuite, l’heure du briefing. Laurent, fidèle à son chronographe Portugaise et créateur de Happy Few Racing, qui organise ce rallye Père-Fille, se tient face à nous. Croyez moi, l’homme et son équipe sont méritants. L’organisation d’un tel évènement, de l’acheminement des voitures, en passant par le tracé complet des centaines de kilomètres de la course, ainsi que le film et les photos prises pendant la course où l’on croisait une brigade de Mini Cooper Works équipées comme jamais se positionner en amont et nous attendre ou prendre les photos et vidéos « on-board »,  est un véritable travail de chef d’orchestre. Et pas un seul bémol, chapeau bas.

La chaleur est encore présente dans le lieu où nous nous trouvons, la nuit tombe peu à peu, mais les âmes des pères et des filles n’en sont pas moins réchauffées par cette journée de découvertes, et l’appréhension du lendemain. Sur le parking, Jaguars Type E, Mercedes 280SL Pagode, Ferrari F40 et autres belles Porsche attendent sagement.

Le début des hostilités

Et IWC dans tout cela ? La marque est « l’heure officielle » ainsi que le partenaire officiel de ce Rallye Père-Fille, pour chronométrer individuellement tous les participants. Présente aussi au poignet d’un grand nombre d’aficionados de la marque présents à ce rassemblement et de ceux qui ont gagné cette course. Une belle récompense pleine de sens, vous allez bientôt le comprendre.

Samedi matin. Petit déjeuner avalé tranquillement mais sans traîner. Les voitures sont appelées une à une à partir, le chronomètre démarre. Les participants, pour réussir, ne doivent pas arriver les premiers à tout prix. Là n’est pas le but d’un tel weekend entre pères et filles, et le plaisir est ailleurs, croyez moi. Il s’agit d’être les plus réguliers possibles, que cela soit à toute vitesse, ou non. Je suis en voiture avec Arnaud, directeur général des montres IWC pour la France. IWC Portugaise Rattrapante édition Paris au poignet, il pilote à la hauteur de cet évènement.

Arrêt le midi dans un restaurant familial incroyable, Chez Bruno à Lorgues. Benjamin, fils de Bruno, nous offre un accueil charmant, et nous avons le privilège de visiter les cuisines creusées en sous sol d’une bâtisse aux pièces secrètes et à la bonne odeur de cheminée. Repas incroyable sous un soleil doux, et des vignes grimpantes au dessus de nos têtes. Un petit coin de paradis que la famille réussit de la plus belle des manières à transmettre. Nous continuons le Rallye l’après-midi dans les Gorges du Verdon, les paysages sont somptueux, les routes escarpées et sinueuses. Et le son des automobiles vient résonner sur les pierres tièdes qui nous entourent.

L’itinéraire nous fait revenir sur notre lieu de départ. Les mines des participants sont empreintes de joie mais aussi de fatigue. Un peu de repos est bien mérité. Puis nous nous retrouvons ensuite tous pour partager un verre et quelques mises en bouche avant de passer à table pour parler de la journée, pour parler automobile, et parler montres. Nos lits ont ensuite eu raison de nous.

Dernier jour. À la fois le sourire sur les lèvres à l’idée de repartir pour une matinée de conduite en montagne, mais déjà un air empreint de nostalgie à l’idée que c’est le dernier jour et que le lendemain, c’est lundi. Matinée avec un tracé en routes assez graveleuses, et des passages plus étroits. Mais également, sur la fin, des chemins plus larges et plutôt rectilignes. Nous arrivons sur le Domaine Fontenille, garons nos voitures, l’heure est à la remise des prix.

Nous sommes réunis dans un domaine à la verdure riche, accueilli par une grande demeure du XVIIIe siècle, le son d’une fontaine pour venir ponctuer nos discussions. Puis Laurent annonce le classement des 28 équipages. Arnaud et moi finissons avant dernier, le rire comme seul remède, puisque le plaisir était là.

IWC et la première édition du Rallye Père-Fille - Domaine de Fontenille

Mais ce qui s’est passé après nous a tous laissé songeurs. L’équipage gagnant est un père de 90 ans, Jean-Claude, et sa fille Françoise. Quelle émotion. Et surtout quel contraste avec les autres participants, et là est toute la beauté de l’exercice. Arnaud leur remet des montres IWC Pilot, et à cet instant même le regard du père s’illumine. Pour quelle raison ? Au delà de la grandeur du cadeau, il était lui même pilote de « loisir » il y quelques années encore, et avait toujours rêvé d’en posséder une. Belle histoire qui ne s’arrête pas là.

Ce grand monsieur est aussi un ancien participant du Rallye de Monte-Carlo il y a cela de longues années. Mais il n’a rien perdu de sa technique. Il a donc gagné son inscription en première place au rallye Père-Fils de cette fin d’année. Émotion générale quand il nous dit qu’il espère encore être derrière le volant à la fin de l’année.

Vous comprenez mieux, je l’espère, pourquoi cette première édition du rallye Père-Fille est un succès. Nous avons tous partagé nos expériences, et un moment de bonheur, une capsule le temps d’un weekend, en dehors des tracas de nos vies respectives. Merci IWC d’être les partenaires d’un si bel évènement, et longue vie aux Rallyes Père-Fille !