Home Comprendre l'horlogerie

Montres Vintage : Comment choisir “son” horloger

Jérôme
Le 13 avril 2017
B

Bien choisir son horloger est un élément primordial pour tout collectionneur. En effet, c’est ce dernier qui prendra soin de vos trouvailles et leur donnera une nouvelle vie afin que vous puissiez en profiter. Chaque ville possède un horloger, beaucoup sont très compétents, mais le fait de confier des pièces coutant plusieurs centaines voir milliers d’euros à un inconnu pour la première fois peut être angoissant pour les collectionneurs soigneux…que nous sommes.

Voici quelques informations qui vous aideront à bien choisir votre futur nouveau meilleur ami !

La relation de confiance

C’est indispensable, une relation de confiance doit exister entre le collectionneur et son horloger. Toutefois, cette relation ne pourra être définitivement établie qu’au bout de quelques mois ou années, après avoir déposé un certain nombre de pièces à ce dernier ayant parfois réalisé des prouesses exceptionnelles.

Conseil horloger

Lorsqu’on est collectionneur, avoir un bon horloger est essentiel. Contrairement à ce qu’on peut croire, trouver un bon horloger n’est pas une chose aisée. Qu’est-ce qu’un bon horloger me direz-vous ? Chacun a sa conception mais selon moi un bon horloger présente plusieurs caractéristiques :

Les compétences

D’abord, celui-ci doit être compétent et connaitre ses limites. Un exemple me vient en tête : après avoir confié une Rolex Datejust dont la lunette était tombée à un horloger trouvé sur les pages jaunes, celui-ci m’a proposé de la fixer avec de la colle ! Bien que néophyte à l’époque, jamais je n’avais vu de points de colle sur une Rolex ! J’ai donc récupéré ma montre et suis parti en courant à la recherche d’un bon horloger spécialiste en montres anciennes. Je l’ai aujourd’hui trouvé grâce au bouche à oreille. Ce que j’aime par dessus tout chez ce dernier, c’est qu’il ne me promet pas de miracles irréalisables. Si un cadran est irrattrapable ou une restauration impossible, celui-ci m’avertira, contrairement à d’autres, promettant la panacée pour un résultat souvent plus que douteux…

Rolex Vintage Submariner 1680 - Look

L’écoute

Ensuite, celui-ci doit faire preuve de communication. Reconnaissons que le collectionneur, le client, peut parfois (souvent) être ennuyeux envers l’horloger compte tenu du stress lié au dépôt de sa montre qu’il aime tant. Toutefois, un bon horloger n’interviendra qu’après avoir fourni une explication au client et avoir obtenu son acquiescement. Pensez donc à demander un devis avant toute intervention. Cette précision peut paraitre élémentaire, mais les mésaventures liées à une intervention trop rapide d’un horloger sont fréquentes…. ainsi que les mauvaises surprises.

Les tarifs

Un autre critère est important : le prix. Parler de prix peut sembler grossier mais il s’agit d’un facteur important. Qui n’a jamais stressé sur le coût d’une révision ou d’une restauration après dépôt chez son horloger ? Face à l’augmentation des prix, certains pratiquent aujourd’hui des prix que je qualifierais d’hallucinants, en s’attachant à la marque de la montre plutôt qu’à son mécanisme.

Nivada Grenchen Chronomaster Aviator Sea Diver Chronograph - Valjoux 92

Un bon horloger fonctionne selon moi par forfait. Sans tenir compte de l’éventuelle nécessité d’acheter une pièce détachée, il doit pratiquer ainsi un prix X pour la révision d’une mécanique, un prix Y pour la révision d’un chrono, et un prix Z pour la révision d’une auto, et ce quelle que soit la marque. Ainsi le prix d’une révision d’un chrono valjoux 72 doit être le même qu’il s’agisse d’une Rolex Daytona ou d’une Nivada Grenchen Chronomaster.

Les délais

Critère important pour certains : les délais. Me concernant, je préfère un horloger prenant son temps mais compétent plutôt qu’un horloger travaillant à la « va-vite ». Cela ne me dérange pas d’attendre à condition que celui-ci m’explique les raisons liées à l’attente et reste en communication avec moi. Certains travaux nécessitent en effet des délais plus importants. Je pense par exemple aux interventions sur les cadrans ou les lunettes, fruits de procédés généralement plus longs.

L’expérience

Dernier critère : l’expérience. Un bon horloger possède une expertise et une expérience bien supérieure à n’importe quel collectionneur. Certains ont fait leur gamme dans de grandes maisons (Rolex, Omega, …) et possèdent même des agréments. Leur expérience et leur carnet d’adresse leur permettent d’avoir accès à des pièces détachées et parfois même à des informations essentielles.

Vous l’avez compris, la relation entre le collectionneur et son horloger est quelque chose de magique. Il s’agit souvent d’une relation humaine dont la confiance mutuelle est le maître-mot.

Je ne pourrai malheureusement pas partager de bonnes adresses aujourd’hui pour la simple et bonne raison qu’il n’en existe pas d’universelle, et que chaque amateur ou collectionneur aura ses préférences et ses priorités qui lui conviennent le mieux. En effet, la relation entre le collectionneur et son horloger, en plus d’être très subjective, se construit sur le temps et le partage,  c’est le fruit d’une longue quête presque initiatique. A vous de jouer maintenant…