Home Montres Vintage Focus

Heuer : un chronographe “Made in France”

Nicolas
Le 5 septembre 2018
L

La rentrée sera chronographe ou ne sera pas. Après vous avoir présenté un beau chronographe Zenith ou encore vous avoir fait entrevoir une magnifique Jaeger Bi-Compax, j’aimerais vous présenter une autre pièce digne d’intérêt que nous proposons sur notre shop Joseph Bonnie. Tout d’abord pour son esprit racing, mais surtout pour son identité “Made in France” et son état neuf de stock. J’espère avoir piqué votre curiosité.

Et Heuer fabriqua en France

Drôle de surprise, n’est-ce pas ?

On trouve en effet sur certaines pièces Heuer du milieu et de la fin des années 1970 la mention “Made in France” sur le cadran.

Pour tout saisir, il faut se remettre dans le contexte. Les années 70 n’ont pas été douces avec le monde horloger, la crise du quartz en témoigne. Nombre d’entreprises suisses sont mises en difficulté, une majorité ne verra tristement pas la lumière de la prochaine aube. Les autres étaient de taille importante, et ont su s’adapter, sans pour autant échapper aux difficultés, comme cela fut le cas pour Heuer.

En manque de capacités financières et afin d’atténuer le risque, Heuer décide de faire appel à une chaine de production française, Georges Monnin & Cie, pour produire sa première montre de plongée, montre qui doit servir au rebond en pleine crise. Après quelques recherches sur la famille d’horlogers Monnin, je peux précisément avancer que leur atelier se trouvait dans la ville de Charquemont, dans le Doubs, à la frontière suisse. Un conglomérat de quatre entreprises s’était alors formé pour produire des mouvements ensemble en mécanisant la production. Une aubaine pour Heuer.

Catalogue Heuer de 1979 - Heuer Chronographe Ref. 1611

Cette pièce est la bien célèbre Heuer référence 844, dont les premières occurrences furent si bien accueillies par le public que les suivantes furent à nouveau produites en suisse à partir de 1980. Certaines premières occurrences portaient d’ailleurs sur le fond de boite l’inscription G. Monnin.

Pour ce qui est des autres pièces, comme le chronographe dont je veux vous parler, il y a de fortes chances qu’il ait été produit par le même biais que cette plongeuse 844.

Heuer Chronographe Rèf. 1611

Un chronographe Heuer “Made in France” de la fin des années 70 qui présente de nombreux charmes.

Heuer Chronographe Ref. 1611

Tout d’abord, c’est un chronographe Heuer. Un bel objet donc, avec tout l’esprit racing et les couleurs qui vont avec. Quand on sait que la même entreprise a produit les Monaco, Autavia et célèbre Carrera, un relatif esprit de confiance s’instaure. Toujours est-il qu’on reconnaît la patte Heuer.

Il s’agit donc d’un chronographe à deux sous-compteurs, un seul étant lié à la fonction chronographe. À savoir un totalisateur des 30 minutes du chronographe à midi. Associé à une seconde de chronographe centrale orange et à une échelle tachymétrique.

La petite seconde, elle, se trouve à neuf heures. On pourrait au loin croire à un troisième sous compteur à trois heures, mais il s’agit d’un leurre, puisque cette fenêtre de sous-compteur ne sert qu’à harmoniser les proportions du cadran. Mais la fenêtre de date s’y plait visiblement bien.

Le boitier de 38mm est assez particulier, alliant le poli d’une lunette à un brossé circulaire sur le dessus de la carrure et un brossé vertical sur la tranche. Des finitions que l’oeil affuté remarque rapidement et qui donnent une vraie valeur à la pièce. Sans oublier les cornes très courtes qui donnent finalement une belle harmonie et portabilité à l’ensemble.

Le mouvement n’est autre qu’un calibre de chronographe à cames Valjoux 7765.

Un détail est intéressant, et je dois bien avouer ne pas m’en être rendu compte de suite. Le verre n’est pas un plexiglas mais bien un verre minéral plat. Il n’apporte certes pas la chaleur du plexi, mais une rigueur qui va de concert avec la modernité de la montre et son esprit sportif et racé.

Heuer Chronographe Ref. 1611

Pour conclure, pourquoi ne pas ajouter que la montre est plus que proche du “neuf de stock”. Elle n’a visiblement jamais été polie, et cela se voit sur les détails des cornes qui sont encore nets comme si nous étions en 1979 et que je venais à l’instant de franchir le seuil d’un distributeur Heuer et sorti mes $159,50 pour la mettre à mon poignet…définitivement .


Pour plus d’information sur Joseph Bonnie :

Chronographe Heuer REF 1611 “Made in France”