Home Art de Vivre Style

Doek Shoes Oxford : la chaussure de sport japonaise par excellence

Nicolas
Le 26 février 2019
"

“Doek are made in a footwear factory that continues for 140 years in Kurume City, Japan. Their name is the Dutch word meaning “fabric,” which the Japanese word for simple canvas shoes, “Zukku” derives from. Cherishing the tradition while exploring new techniques, our idea has been to create simple sneakers that bring out the charm of the cloth itself.”

La philosophie de Doek est plantée.

Souvenez-vous quand nous vous parlions de Tools, une de nos bonnes lectures. On y trouve tout ce que le Japon peut avoir de fantastique en terme de fonctionnalité, de style et d’esthétique. Ces chaussures rentrent tout à fait dans le spectre couvert par cette idée.

Livre Tools : Real Stuff for Future Classics

Ces Oxford sont tellement plus que de simples baskets, et l’oeil aguerri peut s’en rendre compte de près comme de loin. D’une méthode de tissage particulière, de teinture à l’indigo naturel en passant par une méthode unique de vulcanisation des semelles, vous allez tout comprendre.

Doek Shoes Oxford Navy

La Moonstar Factory & Good Weaver

Kurume, à l’Ouest du Japon, est la troisième ville la plus peuplée de la préfecture de Fukuoka. C’est aussi le berceau d’un grand atelier : Moonstar Factory. Elle existe depuis 1873, et s’est faite une spécialité depuis le début du XXème, celle des semelle en caoutchouc vulcanisé. Suivant un procédé pointu, technique, mais pas moins traditionnel.

Moonstar Factory (Source : Moonstar)

L’entreprise produit ses propres sneakers, sous le nom Shoes Like Pottery, mais s’emploie aussi à faire la renommée de certains labels dont Doek et Moonstar. L’entreprise parente de Doek et Shoes Like Pottery n’est autre que le retailer Good Weaver. C’est elle qui produit le tissu si précieux suivant la technique Kasuri qui demande évidemment aujourd’hui l’utilisation de machines, mais aussi de mains, et là est toute la beauté.

Qu’est-ce que le caoutchouc vulcanisé ? Il était tout d’abord utilisé sur les workshoes jikatabi, vous savez ces chaussures montantes traditionnelles ou les doigts de pieds sont séparés en deux parties ? Le procédé de vulcanisation permettait alors plus de résistance pour ceux qui travaillait à l’extérieur. Dans des champs par exemple.

Jikatabi workshoes (Source : Moonstar)

Le résultat s’obtient en ajoutant du souffre à la gomme de caoutchouc. Cela permet de tirer un trait sur tous les aspects “indésirables” du caoutchouc utilisé tel quel. Apportant davantage de résistance, d’imperméabilité et de tenue sur le temps.

La technique de Moonstar est la suivante :

“La méthode de vulcanisation Moonstar Fine Vulcanized utilise le procédé ka-ryu, semblable à la fabrication de la poterie japonaise. Le mélange chauffé de soufre et de caoutchouc à une pression de plus de 120 degrés, dans un processus au four de 70 minutes. Une conception unique qui permet à Moonstar de fabriquer à la main de petits lots de sneakers vulcanisées parmi les plus fines et les plus prisées au monde. Le résultat est un parfait équilibre entre flexibilité et durabilité de la semelle.”

Le meilleur conseil que je puisse vous donner est d’aller lire tous ces beaux détails sur le magazine en ligne Abhras, qui voue un amour pour le dailywear, pour tous et pour toutes, et la belle consommation raisonnable et réfléchie.

Doek Shoes Slip-on (Source : Doek)

Revenons à nos moutons et à notre Doek Shoes.

Doek Shoes Oxford

Découverte dans les petits livres Tools et sur quelques looks japonais pointus, cette sneaker pure ne m’avait pas laissé indifférent. Dieu merci, Good Weaver ne les garde pas égoïstement pour le marché japonais, et si vous leur écrivez un mail avec le modèle et la taille que vous souhaitez, vous aurez une réponse dans la journée, et elles arriveront chez vous quelques jours plus tard.

Doek Shoes Oxford Navy

La marque Doek est donc créée en 2014, avec la volonté de mélanger une combinaison détonante des savoir-faire de Good Weaver en terme de tissage et de teinture et de Moonstar avec la semelle en caoutchouc vulcanisé.

Doek Shoes Oxford Navy

La Doek est une basket très simple faite d’une partie haute en tissu et d’une partie basse en caoutchouc vulcanisé.

Maintenant que le caoutchouc vulcanisé n’est plus un mystère pour vous, parlons du tissu. Et de tissage Kasuri plus particulièrement. Le tissage Kasuri utilise des fibres teintes spécialement pour former un motif entre les fils de chaine et celui de trame (ici indigo).

Doek Shoes Oxford Navy

L’atelier Good Weaver possède et utilise encore des métiers à tisser, ce qui offre aux chaussures un tissage unique. Vient ensuite le temps de la teinture, et pour cela on utilise encore des méthodes traditionnelles et des bains pour teindre le tissu à l’indigo par exemple.

Tissage Kasuri (Source : Good Weaver)

Certes, Doek n’a pas inventé la forme, et l’on peut trouver des inspirations chez Van’s ou Converse, mais j’insiste, elles n’ont pas grand chose à voir en terme de qualité et de procédé de fabrication. Finalement, même si la forme s’en rapproche, elle n’est pas tout à fait similaire.

Doek Shoes Oxford Navy

Autre petit détail, la semelle intérieure est en liège. La sensation est assez différente d’une chaussure normale, moins lisse, mais a la grande particularité de prendre la forme du pied du porteur de manière plus profonde.

Le confort est grand, et il faut un petit instant pour s’habituer au liège et à la rigueur de cette semelle en caoutchouc ainsi qu’à son renfort à l’avant. Une fois ce stade dépassé, tout n’est que plaisir, en chaussettes ou pieds nus, et surtout la couleur du tissu aura le temps de prendre des couleurs et d’évoluer en fonction de vous. Et de vos pérégrinations.

Doek Shoes Oxford Navy

Pour bénéficier du plus large choix possible, aussi bien sur la couleur que sur les tailles, je ne peux que vous conseiller de vous rendre directement sur le shop de Good Weaver. Si vous habitez au Japon, vous pouvez directement commander sur le site, et pour tout autre lieu comme la France, un petit mail avec le modèle souhaité et la taille et ça arrivera chez vous quelques jours plus tard.

Elles vous couteront un peu moins de 13.000Yens soit un peu plus de 100 euro. Comptez avec cela les frais de port de 40 euros, une TVA à 20% et des frais de douane. A la fin, une paire revient aux environs de 180€. Pas donnée je vous l’accorde, mais tout le choix du monde est à vous en terme de couleurs et de tailles. Et la qualité n’est pas à remettre en question.

D’ailleurs, pensez à prendre votre taille standard de chaussure, pour moi un 29 japonais équivalent à un 45 français ou encore un 11US.

Doek Shoes Oxford Navy - Look