Home Montres Modernes Focus

Breitling Premier : Un renouveau Breitling qui tient la route

Jérôme
Le 7 mars 2019
C

C’était il y a bientôt deux ans. Breitling tournait la page de l’ère Schneider après quatre décennies de bons et loyaux services et l’une des dernières maisons horlogères en des mains familiales passait sous pavillon britannique. CVC Partners acquérait 80% des parts jusqu’ici détenues par les héritiers d’Ernest Schneider, son fils Théodore en tête. Georges Kern ne tardait pas à prendre la tête de la nouvelle équipe et nous attendions tous de voir ce qui allait se passer côté produits.

Breitling Navi 8

Si les nouvelles Navitimer 8, sans logo ailé ni règle de calcul avaient pour le moins surpris les amoureux de la marque, je vous propose de revenir aujourd’hui sur la collection Premier, à tête reposée. Une collection qui n’est pas centrée sur l’aviation mais qui renoue avec le glamour de la marque tout en restant évidemment très horlogère. Un pas en avant qui à quelques semaines à peine de Baselworld et des nouveautés 2019 donne confiance en l’avenir proche de la maison de Grenchen.

Breitling Premier : L’idée derrière la collection

Avec toute nouvelle tête pensante viennent de nouvelles idées, c’est d’ailleurs précisément pour cette raison que cela s’appelle un renouveau. Le danger réside alors en une succession de lignes directrices qui ne se ressemblent pas et qui finiraient par perdre le client final. Attention, l’image d’une marque est fragile et nous n’en maîtrisons pas tous les éléments.

La collection Premier intervient donc dans une volonté de la marque de renouer avec des codes classiques qui ne faisaient plus vraiment légion au sein des rangs de la marque. Une décision intéressante et logique pour qui s’est un jour intéressé à la marque d’avant les années 70.

Breitling Premier Automatique Day & Date 40

N’oublions pas non plus que la collection Premier était pour Breitling au début des années 40, loin des chronographes pour pilotes et instruments de bord pour la Royal Air Force, des montres pensées pour une élégance du quotidien mais bel et bien conçues avec les exigences techniques et le savoir-faire de la marque. C’est exactement ce que refait Breitling aujourd’hui avec cette nouvelle collection Premier.

Un pari risqué qui fut gagnant pour Willy Breitling dans les années 40, entre la sortie de Citizen Kane et l’Oscar du meilleur film pour Casablanca. Preuve en est donc que même (surtout?) en des temps obscurs, nous recherchons dans notre quotidien un peu de sens, de rêve et de glamour.

Breitling Premier Automatique 40

Une boîte relativement fine de 40mm, trois aiguilles et une lunette originale qui se révèle seulement lorsqu’on s’y intéresse vraiment. Il y a eu du travail, c’est certain. De belles proportions qui s’assoient joliment sur le poignet et peuvent séduire à mon avis un marché aussi bien européen qu’américain. Bel équilibre atteint pour un exercice ô combien périlleux.

Breitling Premier Automatique 40

Lisibilité, discrétion et finesse. Les contrastes sont importants entre blanc et bleu profond à la finition soleillé. La minuterie sur le rehaut blanc réduit d’ailleurs encore d’avantage l’ouverture du cadran et allège donc la présence au poignet. Ce n’est pas pour déplaire. En une seule montre, en fonction du bracelet choisi, le marché européen a son “38” et les U.S leur bon “40”. Bravo.

Pour animer cette première montre, rien de moins que le calibre Breitling 37, un mouvement (chronomètre évidemment) à remontage automatique. On reste donc très Breitling.

Breitling Premier Automatique Day & Date 40

Sans doute mon coup de coeur dans cette collection, et pourtant, je n’aurais pas forcément misé dessus avant de la passer au poignet mais quelque chose fonctionne. Un équilibre et une élégance avec toujours 40mm d’ouverture et une belle symétrie horizontale. On retrouve évidemment les mêmes carrures et lunette que sur le modèle précédent afin d’installer cette nouvelle esthétique.

Breitling Premier Automatique Day & Date 40

Jour de la semaine à midi et guichet date à 6h viennent enrichir ce cadran d’une belle manière et un calibre de chronomètre (toujours), le Breitling 45, fait battre son petit coeur.

Une montre cohérente et équilibrée, discrète même, tout en étant diablement efficace. Disponible au choix avec cadran noir ou argenté.

Breitling Premier B01 Chronographe 42

Et voici le chronographe Premier, légèrement plus imposant, équipé de son calibre B01. Le calibre 01, développé par Breitling est un mouvement chronographe certifié chronomètre qui présente par la même occasion une très belle réserve de marche de 70h. Forcément, Breitling ne va pas faire “léger” dans la complication qui a fait son nom, et c’est tant mieux.

L’esthétique “panda” de la référence en question n’est pas pour déplaire non plus, évidemment. Encore une fois de forts contrastes et une belle symétrie avec cette petite date à 6h. Une boîte de 42mm qui, si elle n’est pas petite, est bien proportionnée et reste dans la fourchette très basse de ce qui a pu se faire chez Breitling ces dernières décennies.

Breitling Premier B01 Chronographe 42

A noter que la colletion Premier dispose aussi d’un autre chronographe, équipé lui du calibre Breitling 13, avec 3 sous compteurs. Compteurs de chronographe des minutes et des heures à 12 et 6 heures ainsi qu’une petite seconde à 9 heures.

Des montres résolument modernes dans leurs finitions et proportions, mais classiques dans les codes qu’elles reprennent. Breitling n’est ici pas tombé dans le piège du néo-vintage mais crée bel et bien quelque chose de nouveau. Nouveau et d’équilibré. Il n’y a franchement pas grand chose à redire. En amateurs de cohérence et de fonctionnalité, on se pose tout de même la question du pourquoi des décorations sur la bande de carrure.

Breitling Premier B01 Chronographe 42

Des décorations qui n’apportent pas grand chose mais qui rappelleront à certains l’héritage aéronautique de la maison. En tous cas vu le dynamisme actuel de la maison et peut-être quelques informations récupérées en interne, je crois que j’ai hâte de me retrouver à Baselworld. Je crois que ça sent très bon…

Breitling Premier B01 Chronographe 42